Culture

Le géant de la littérature tchèque Franz Kafka
La lutte juridique sur l'œuvre de Kafka a débuté en 2007 après la découverte de ses manuscrits

La Cour suprême d'Israël a statué lundi que le fonds littéraire de l'écrivain Max Brod, ami et biographe du géant de la littérature tchèque Franz Kafka, sera déposé à la Bibliothèque nationale à Jérusalem, rapporte le journal Haaretz.

La propriété intellectuelle de Brod comprend un grand nombre de documents de Kafka que l'écrivain avait amené avec lui en Palestine quand il a fui les nazis en 1939.

Le tribunal a rejeté l'appel fait par les filles de Max Brod pour que les documents, qui sont actuellement conservés dans les coffres de banques à Tel-Aviv et en Suisse, restent en leur possession.

"Brod voulait que son patrimoine se retrouve entre des mains de confiance et d'un organisme approprié (qui pourra) répondre à ses ambitions d'écrivain", a indiqué la Cour suprême.

"Il ne voulait pas que son héritage soit vendu au plus offrant, mais qu'il trouve une place appropriée au sein d'un sanctuaire littéraire et culturel qui représente l'œuvre de sa vie", a-t-elle ajouté.

La décision qui a été rendue en juin mais qui n'a été révélée qu'aujourd'hui, devrait empêcher le déroulement d'autres ventes de manuscrits aux enchères publiques en dehors d'Israël. Le manuscrit original du roman de Kafka "Le procès" a été vendu aux enchères pour 2 millions de dollars en 1988.

Kafka est mort de la tuberculose en 1924 dans un sanatorium autrichien. Il avait nommé Brod comme exécuteur testamentaire, et avait insisté pour que l'intégralité de ses manuscrits soient brûlés.

Brod avait cependant défié l'instruction et avait apporté une valise de manuscrits, de lettres et d'autres documents en Palestine lorsqu' il a fui les nazis à Prague en 1939. L'écrivain est décédé à Tel-Aviv en 1968.

La lutte juridique sur l'œuvre de Kafka a débuté en 2007, quand le quotidien Haaretz a révélé que des papiers, y compris des manuscrits de l'écrivain, se trouvaient entre des mains privées et stockés dans des conditions inappropriées.

A la suite de l'enquête d'Haaretz, la Bibliothèque nationale avait poursuivi les filles d'Esther Hoffe, qui avait été la secrétaire de Brod, en vue d'une restitution des manuscrits. Le procès a été conduit devant la Cour suprême après que deux tribunaux aient déjà statué en faveur de la bibliothèque.

Les trois juges de la Cour suprême, qui ont statué sur le cas, ont par ailleurs demandé à la Bibliothèque nationale de "faire tout son possible pour exposer les travaux de Brod (et le faire découvrir) au public israélien".

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte