Quantcast i24NEWS - Théâtre: Le Prénom, rare coproduction franco-israélienne à l'affiche à Tel Aviv

Théâtre: Le Prénom, rare coproduction franco-israélienne à l'affiche à Tel Aviv

Le Prénom
OVLAC
La pièce avait déjà été adaptée en hébreu en 2011 par le metteur en scène Moshé Kaptan

L'arrivée de la pièce "Le Prénom" sur les planches de Tel Aviv jeudi, mise en scène par Elie Chouraqui, vient s'ajouter à la très courte liste des co-productions franco-israéliennes au théâtre.

La pièce, qui avait déjà été adaptée en hébreu en 2011 par le metteur en scène Moshé Kaptan, avec Lior Ashkenazi en rôle principal, avait rencontré un grand succès auprès du public israélien.

Le succès du Prénom pourrait ainsi déboucher, on l'espère, sur d'autres projets de collaboration franco-israélienne au théâtre.

La dernière co-production date de 2009 avec la pièce "Vers toi terre promise" de Jean-Claude Grumberg, réalisée dans le cadre d'un accord de coopération avec le Théâtre Cameri de Tel Aviv, où se jouera "Le Prénom" jeudi 23 mars.

Le pitch donne un avant-goût de l'aspect comique de la pièce, véritable succès du théâtre contemporain français.

Pierre et Élisabeth, dite Babou, heureux en ménage depuis 17 ans, parents comblés de deux enfants. Lui est plutôt de gauche, normalien, spécialiste de Montaigne ; elle travaille dans un collège de banlieue.

Ce soir, ils reçoivent Vincent, le frère de Babou, qui a réussi dans l'immobilier, Anna, sa femme, qui attend un bébé, et Claude, leur ami d'enfance.

Entre boulettes de viande et vin rouge, le repas commence bien, jusqu'à ce que Vincent annonce le prénom qu'il a choisi pour son fils. Sa réponse plonge la famille dans le chaos.

Cette pièce d'Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte, dont les représentations ont commencé dès 2010, a été nominée aux Molières.

Son adaptation cinématographique en 2012 avec Patrick Bruel et Valérie Benguigui à l'affiche s'était hissée à la 3e place des films français les plus rentables de l'année et avait décroché cinq nominations aux Césars.

Patrick Bruel a affirmé que "la grande réussite du texte, c'est d'avoir été répété 243 fois avant d'être livré à la caméra".

Commentaires

(0)
8Article précédentArdant et Depardieu à Tel Aviv, une histoire de cœur
8Article suivantL'histoire des Juifs cachés au zoo de Varsovie portée à l'écran