Quantcast i24NEWS - Roman, passé de Première dame et conseil à Mme Macron (Trierweiler à i24NEWS)

Roman, passé de Première dame et conseil à Mme Macron (Trierweiler à i24NEWS)

Valérie Treirweiler et son roman "Les secrets d'Adèle"
i24NEWS
Evoquant son passé de Première dame, Valérie Trierweiler conseille à Brigitte Macron de "rester elle-même"

Valérie Trierweiler, journaliste politique et ancienne compagne de l'ex-président François Hollande, a présenté son dernier livre à i24NEWS. L'occasion de revenir avec elle à la fois sur son parcours et sur l'actualité politique.

Pour Le Secret d'Adèle, l'auteure s'est plongée dans la vie d'Adèle Bloch Bauer, une jeune et riche femme juive issue de la bourgeoisie viennoise avant la Première guerre mondiale, qui deviendra la célèbre muse du peintre Gustavo Klimt.

Elle raconte que tout a commencé avec un article réclamé par le magazine Paris Match où elle est journaliste, sur cette femme, dont l'histoire est liée à l'un des tableaux les plus célèbres de Klimt ("Portrait d'Adele Bloch-Bauer I"). "Une fois le papier terminé, Adèle ne m'a pas quitté", confie-t-elle à i24NEWS.

Josse / Leemage / AFP

Intriguée par l'"air triste" qu'Adèle semble afficher sur l'œuvre de Klimt (qui plus tard sera spoliée par les nazis), l'auteure de 52 ans décide de partir sur les traces d'Adèle et c'est au cimetière central de Vienne qu'elle aura "comme une révélation. J'étais totalement imprégnée des lieux".

Interrogée sur un éventuel parallèle entre son roman et ses épreuves personnelles, Valérie Trierweiler assure qu'elle n'a pas souhaité faire écho à sa propre expérience, même si elle avoue avoir intégré des éléments personnels, des émotions ressenties par ce personnage.

Evoquant son passé de "Première dame" raconté dans le très polémique Merci pour ce moment, la journaliste assimile à présent cette période au "passé". Lorsqu'elle se revoit au moment de l'élection de François Hollande à l'Elysée, elle indique s'être "vue un peu comme Adèle en découvrant le tableau (…) elle se regarde et elle ne se reconnaît pas". "Je vois que, cette femme me ressemble, mais je n'ai pas l'impression que ce soit tout à fait moi", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur la situation actuelle du Parti socialiste, qui a fait le pire score de son histoire lors de la dernière présidentielle, Valérie Trierweiler a souligné sa "tristesse de voir comment termine le parti de Jaurès".

i24NEWS

Elle conseille enfin à la nouvelle Première dame, Brigitte Macron, de "rester elle-même" avant tout.

"Je la connais, c'est quelqu'un d'extrêmement bienveillant, et peut-être qu'elle ne mesure pas, ou peut-être un peu pendant la campagne, à quel point tout ça est violent", a-t-elle lancé.

"Comme je le dis dans ce livre (…) il faut garder la tête au-dessus des nuages mais garder les pieds sur terre", a-t-elle poursuivi.

La journaliste a ensuite évoqué la "grande émotion" ressentie la première fois qu'elle est venue en Israël. "Mettre les pieds en Israël est quelque chose de mythique, ce n'est pas comme aller dans n'importe quel autre pays", a-t-elle confié.

"Et quand on met les pieds à Jérusalem, là c'est encore plus fort, c'est quelque chose qu'on n'oublie pas (…) j'en garde un souvenir très très ému", a-t-elle conclu.

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans le magazine Culture présenté par Valérie Abecassis:

Valérie Trierweiler raconte son livre "Les secrets d'Adèle"

Commentaires

(0)
8Article précédentPremières pièces du trésor de Toutankhamon au nouveau musée du Caire
8Article suivantUne Britannique, un Russe, un Français favoris pour la Palme d'or