Quantcast

Le Liban veut interdire "Wonder Woman" à cause de son actrice israélienne

Screen shot from the trailer of the upcoming Wonder Woman film starring Israeli actress Gal Gadot
Screenshot/ Warner/ Twitter
Le film, qui met en vedette Gal Gadot, sortira dans plusieurs pays arabes dans les prochaines semaines

Après le mouvement de boycott anti-israélien BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions), c'est le ministère libanais de l'Economie qui veut faire interdire la diffusion du film Wonder Woman, car son actrice principale, Gal Gadot, est israélienne, bien qu'aucune demande formelle n'ait encore formulée.

Une interdiction du film nécessite la recommandation d'une commission composée de six ministères. Or un tel processus n'a pas encore été entamé, selon un responsable sécuritaire libanais.

Le ministre libanais de l'Economie et du Commerce, Alain Hakim, a toutefois déclaré que Beyrouth a mis en place des mesures nécessaires pour empêcher que le film ne soit diffusé dans les cinémas du pays, a annoncé lundi l'agence de presse officielle.

Une première du film est prévue mercredi dans au moins un cinéma de Beyrouth, alors que des affiches du film tapissent les murs de la capitale libanaise.

Lundi, la branche libanaise du mouvement anti-israélien BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), la Campagne pour le boycott des soutiens d’Israël au Liban (CBSI), a exigé sur Facebook l’interdiction de diffuser du blockbuster américain.

"L’actrice principale du film Wonder Woman est israélienne (Gal Gadot), ce qui est contre la loi!", peut-on lire sur la page Facebook du CBSI.

Le groupe préconise l'interdiction du film parce que Gadot a servi dans l'armée israélienne (Tsahal) et a exprimé son soutien aux soldats israéliens qui combattent le Hamas dans la bande de Gaza.

Dans un post largement partagé sur sa page Facebook, Gadot avait fait l'éloge de Tsahal lors de la guerre entre Israël et le Hamas en 2014, en envoyant des prières aux soldats israéliens "qui risquent leur vie en protégeant mon pays contre les actes horribles menés par le Hamas".

Gal Gadot, qui a été Miss Israël en 2004, a percé à Hollywood où elle a d'abord obtenu un rôle récurrent dans la franchise "Fast and Furious" (qui n'a pas été censuré au Liban à sa sortie, malgré la présence de l'actrice au casting), avant de se voir offrir le rôle de Wonder Woman dans le film "Batman vs Superman", sorti l'année dernière.

Le Liban, qui est officiellement en guerre avec Israël, a voté une loi il y a plusieurs années qui institue le boycott des produits israéliens et interdit aux citoyens libanais de voyager en Israël ou d'avoir des contacts avec des Israéliens.

Bien que le Liban bénéficie d'une plus grande liberté d'expression que d'autres pays de la région, la censure préalable reste en place, en particulier avec le contenu relatif à Israël, la religion et l'homosexualité.

Malgré la controverse au Liban, Wonder Woman devrait sortir comme prévu jeudi dans les salles aux Émirats arabes unis, au Qatar et au Koweït. Le film doit sortir le 22 juin à Oman et le 29 juin à Bahreïn.

Commentaires

(3)

Ah ! Le Liban toujours investi par des foyers terroristes ou des organisations fantoches, dans ce pays l'anarchie, la loi du plus fort, et le pouvoir, le hesbollah, les palestiniens, la Syrie enfin tous ceux qui ont participé à mettre genoux à terre ce merveilleux pays qu'est le Liban, qui d'ailleurs ne tarderas malheureusement pas à disparaître.

Danstern

Liban, bordel désorganisé, foyer des gens hautement dangereux.

OPopov

Le Liban est un pays voué à disparaître à court ou moyen terme, aucune véritable légitimité à exister en l'état.

8Article précédentDécès du comédien Jean-Marc Thibault, connu pour son rôle dans la série "Maguy"
8Article suivantCoup d'envoi du Festival d'Israël, la ministre de la Culture fait la morale