Quantcast

Cinéma : l'avant-première de Wonder Woman déprogrammée à Tunis

Gal Gadot fait la promotion du film Wonder Woman
AFP
Le film est en revanche toujours programmé jeudi dans un cinéma de La Marsa, en banlieue de Tunis

L'avant-première dans un cinéma de Tunis du film américain Wonder Woman, incarnée par l'actrice israélienne Gal Gadot, a été déprogrammée mercredi, distributeur et autorités se rejetant la faute.

Le ministère de la Culture a évoqué une demande d'autorisation trop tardive: "elle a été déposée le 5 juin, soit deux jours seulement avant le début de la projection. L'obtention d'un visa d'exploitation requiert un délai de huit jours", a affirmé une responsable de ce ministère sous couvert d'anonymat. "C'est une affaire purement administrative", a-t-elle ajouté.

Le distributeur du film, Lassaad Goubantini, a toutefois démenti et dénoncé "une interdiction", en affirmant sortir d'un rendez-vous avec les responsables de ce même ministère. "C'est une décision qui se base sur des accusations bidon. (...) Aujourd'hui, ils empêchent un film à cause d'une actrice, demain il inventeront une autre excuse, c'est une atteinte aux libertés", a dit M. Goubantini.

Sur la page internet du cinéma en question il est signalé que l'avant-première est "suspendue". Le film est en revanche toujours programmé "à partir du 8 juin", soit jeudi, sur celle d'un cinéma de La Marsa, en banlieue de Tunis.

Wonder Woman, dont l'actrice avait défendu en 2014 sur Facebook l'offensive d'Israël contre Gaza, faisait par ailleurs l'objet d'une demande d'interdiction en justice par une association de jeunes avocats tunisiens. Cette demande a toutefois été rejetée mercredi, a indiqué le porte-parole du parquet, Sofiène Sliti.

Ces derniers jours, des députés du Front populaire (gauche, opposition) ont eux aussi exigé l'interdiction du film, auprès du ministère de la Culture. "Il faut (...) se mobiliser sur ce type d'affaire, comme sur tout ce qui touche à la normalisation avec l'entité sioniste", a écrit dans un communiqué le "Mouvement populaire", une composante du Front.

Le Liban a interdit le 1er juin la diffusion du film en raison de la présence de l'actrice israélienne. Wonder Woman a en outre été déprogrammé dimanche d'un festival à Alger, où sa projection prévue avait enflammé les réseaux sociaux.

Des projections sont en revanche prévues dans d'autres pays arabes, comme les Emirats arabes unis ou l'Egypte.

Commentaires

(5)

Si Gal Gadot avait interprété le rôle d'une terroriste palestinienne, sûr que le film n'aurait pas été censuré, d'où la mauvaise foi des autorités tunisiennes...

Danstern

qui a envie de risquer sa vie pour des vacances au Maghreb ?

Ne vous rendez surtout plus en Tunisie pour y passer de stupides vacances bon marché. Essayez plutôt le Portugal ou, mieux, Israel, à condition d'être plus friqués. Idem pour la Turquie, l'Egypte, Le Maroc etc.. Georges Becker

alain pourcent

comme l'algerie, la tunisie n'a meme pas le courage de dire que c'est pour une raison raciste, anti-semite et anti Juifs. et bien entendu, ça donne des leçons.

SOVLANI

Comme cela ils auront l'impression une fois dans leur vie d'avoir gagné une bataille contre Israël alors que le film est Américain et qu'ils nous font rire avec leur cinéma!

8Article précédentLes jumeaux de George et Amal Clooney, Ella et Alexander, sont nés à Londres
8Article suivantLa victime de Roman Polanski implore la justice de clore le dossier