Quantcast

Un cinéma de Ramallah boycotte à son tour "Wonder Woman"

Wonder Woman
Warner Bros et DC Entertainment
Le cinéma invoque des "raisons politiques liées à l'occupation israélienne"

Un important cinéma de Ramallah (Cisjordanie) a décidé de boycotter le film "Wonder Woman", à cause de la présence au casting de l'actrice israélienne Gal Gadot, emboitant ainsi le pas de plusieurs pays arabes, comme le Liban ou la Tunisie.

Le quotidien palestinien Al-Hadath rapporte dimanche que le complexe "Palestine Towers Cinema", situé dans le plus grand bâtiment de Ramallah, a décidé de ne pas projeter le film pour des "raisons politiques liées à l'occupation israélienne et à l'actrice israélienne, qui est la vedette du film".

Le journal ajoute que l'interdiction était appelée dans le contexte de décisions récentes du Liban et de la Tunisie pour interdire le film en raison du rôle de Gadot.

Des cinémas ont également décidé de boycotter le film en Jordanie, bien que les autorités jordaniennes n'aient pris aucune mesure allant dans ce sens.

Les responsables du cinéma de Ramallah n'ont pas réagi aux révélations d'Al-Hadath, mais le site du complexe n'annonçait pas le film "Wonder Woman", qui est largement en tête des recettes pour la seconde semaine consécutive.

Les aventures de la princesse amazone Diana ont réalisé 57,1 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis et au Canada de vendredi à dimanche, selon une estimation provisoire communiquée dimanche par le cabinet spécialisé Exhibitor Relations.

Depuis sa sortie, il y a dix jours, "Wonder Woman" en est à 205 millions de dollars de revenus en Amérique du Nord, selon le cabinet, et 435 millions au niveau mondial selon le site spécialisé Box Office Mojo.

Le général Yoav Mordechai, chef du COGAT (Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires), la branche responsable des affaires civiles palestiniennes du ministère de la Défense, a condamné le boycott du film dans un message publié sur Facebook.

"Apparemment, Palestine Towers Cinema à Ramallah craint que le public puisse profiter de l'excellent film 'Wonder Woman', et ne puisse pas distinguer la politique d'un film américain", a-t-il écrit.

"Le boycott du film ne montre que la faiblesse et la peur. Celui qui a confiance en soi n'a pas peur des films - même si c'est 'Wonder Woman' qui est devant lui", a-t-il ajouté.

Commentaires

(2)
alain pourcent

250 dollars en moins sur les 100 millions de dollars de recettes après 1 semaine d'exploitation. (250 dollars, c'est toujours ça de gagné sur ce que que l'europe verse régulièrement). et je ne compte pas l'algerie la tunisie et le liban, parceque justement, ils ne comptent pas.

Danstern

c'est bon, on finira par le savoir.

8Article précédentLa synagogue de la Victoire, étendard du judaïsme français, célèbre ses 150 ans
8Article suivantOslo: Broadway récompense une pièce qui retrace les coulisses de l'accord