Quantcast i24NEWS - Israël propose le premier "été de cinéma israélien" en français

Israël propose le premier "été de cinéma israélien" en français

Un été de cinéma en français, 2017
Ce festival vise à faire découvrir l'actualité du cinéma israélien au public francophone d'Israël

L'Institut français d'Israël en partenariat avec le fonds israélien pour le cinéma "Israel Film Fund", propose cette année et pour la première fois, un "été de cinéma israélien en français" du 2 juillet au 30 août à la Cinémathèque de Tel Aviv, pour permettre au public francophone de découvrir l'actualité du cinéma israélien.

À travers une programmation très variée, ce festival propose à tout type de public, deux fois par semaine, une large sélection de films israéliens sous-titrés en français.

"Nous souhaitions proposer une programmation qui reflète la variété, la diversité, la richesse de la société israélienne", a déclaré la responsable des projets culturels et audiovisuels à l'Institut français, Yaël Baruch à i24NEWS.

i24NEWS

Résidents ou touristes, adultes ou enfants, tous pourront accéder cet été à une partie de la culture israélienne, "les gens peuvent même être accompagnés d'Israéliens pour vivre cette expérience ensemble", a suggéré Mme Baruch.

La sélection propose 8 films israéliens récemment sortis en salle : "Abulele" de Jonathan Geva (2015) pour jeune public, "A quiet heart" d’Ethan Anner (2016), "Home port" d’Erez Tadmor (2016), récompensé au Festival International du Film à Haïfa en 2016, "Je danserai si je veux" de Maysaloun Hamoud (2016), qui a reçu 12 prix dans plusieurs festivals internationaux, "Notre Père" de Meni Yaesh (2015), "Personal affairs" de Maha Haj (2016), 7 fois nominé au Festival de Cannes 2016, "The wedding plan" de Rama Burshtein (2016), récompensé par les Ofir israéliens (équivalent des César) et nominé au Festival du Film de Venise, et "Zero motivation" de Talya Lavie (2014).

Toutes les informations sur l'événement

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(1)

Quel beau "pied de nez" à l'organisme du Cente de la Francophonie qui intègre dans ses rangs des pays du Moyen Orient et du Maghreb qui ont une population francophone inférieur à celle d’Israël. Malheureusement il suffit qu'1 des membres, tel que le Liban, s'y oppose pour "interdire" l'accès à Israel à cet organisme

8Article précédentLe Qatar, 4e pays à interdire "Wonder Woman" à cause de sa star israélienne
8Article suivantBritney Spears à son public israélien: "J'adore Tel Aviv, vous êtes formidables"