Quantcast i24NEWS - "Jérusalem vit": la première exposition très politique du musée palestinien

"Jérusalem vit": la première exposition très politique du musée palestinien

Des gens devant le Musée palestinien, dans la ville de Birzeit, près de Ramallah, en Cisjordanie, le 17 mai 2016
AFP
Le but de l'exposition: "penser de façon créative la manière de résister à l'hégémonie de l'occupation"

La direction du musée palestinien, situé près de Ramallah en Cisjordanie, a inauguré samedi sa première exposition, présentant des œuvres très engagées et politiques lors d'une séance réservée à la presse.

L'exposition intitulée "Jérusalem vit" sera ouverte au public à partir de dimanche dans la ville universitaire de Bir Zeit, où siègent les institutions politiques palestiniennes.

Dans l'une des salles du musée, un paysage de Cisjordanie est récréé grâce à des photographies panoramiques qui s'étalent sur les quatre murs, plaçant également le visiteur face à la présence des implantations juives présentes dans ces localités.

A l'extérieur, dans le jardin, un escalier vert semble atteindre le ciel mais prend racine dans une cage, sans doute en référence à la situation politique vécue par les Palestiniens comme une "occupation israélienne".

Pour la conservatrice du musée, Rim Fadda, l'exposition a d'ailleurs pour objectif de déclencher une discussion autour de la "résistance culturelle aux politiques d'Israël, qui occupe Jérusalem-Est depuis 1967".

L'année 1967 correspond à la date de la réunification de la ville suite à la guerre des Six jours, faisant de Jérusalem la "capitale indivisible d'Israël" comme l'a déjà rappelé à plusieurs reprises le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

Cette réunification, inscrite dans la juridiction de l'Etat hébreu depuis 1980 sous le nom de "loi de Jérusalem" n'a toutefois jamais été reconnue par la communauté internationale.

AHMAD GHARABLI (AFP/Archives)

En conséquence, les habitants de la Cisjordanie et de la bande de Gaza ont besoin d'un permis spécial, parfois difficile à obtenir, pour se rendre à Jérusalem.

Mme Fadda affirme avoir été empêchée de se rendre dans cette ville au cours des dernières années faute de permis.

"Le but de cette exposition était de nous permettre de penser de façon créative la manière de résister à l'hégémonie de l'occupation israélienne (...), mais aussi de montrer Jérusalem aux Palestiniens qui ne peuvent pas s'y rendre", a-t-elle indiqué.

L'exposition est gratuite et sera ouverte au public jusqu'à décembre.

Les organisateurs souhaitent faire profiter du musée à un maximum de jeunes Palestiniens, même si ceux qui habitent à Gaza ou qui sont réfugiés dans des pays voisins ne pourront pas s'y rendre.

Rim Fadda espère que cette exposition pourra voyager dans des pays où se trouve une importante communauté palestinienne.

Le musée, un bâtiment de verre et de pierre blanche, a coûté 28 millions de dollars et 20 ans de préparation et de travaux. Il est censé devenir le réceptacle de la mémoire nationale palestinienne.

Il avait été inauguré en mai 2016 par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbad avec des salles vides.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(5)

Moi je trouve que c'est très drôle. 20 ans pour le construire, 28 millions de dollars, inspiré de salles vides. Eh oui, c'est ce qui est historiquement bien Palestinien. C'est un vide historique, mais c'est mieux que de lancer des bombes sur Israël ou de faire des attaques au poignard. Il peuvent éventuellement envisager d'exposer des couteaux ou je ne sais quoi.... le slip de Mahmoud Abbas.

un musée c'est pas sensé recueillir l'histoire du passé ? avec ses tableau des ouvrages des pièces anciennes ? ah pardon j'avais pas vu palestine c est vrai que la il ne peut il y'a voir que des pièces vides ou alors ce sera le musée du fake !!!

selon mamout abas, leonard de vinci était palestinien, et la joconde doit revenir à ce musée. l'unesco le confirme.

Je les mets au défi d'exposer dans leur musée un seul billet de banque, passeport, timbre ou n'importe quel document officiel de l'Etat de Palestine antérieur à 1967.

Mdrrrr

8Article précédentAznavour en haut de l'affiche pour enfin recevoir son étoile à Hollywood
8Article suivantDes Video Music Awards aux accents très politiques