Quantcast i24NEWS - "Napalm": Claude Lanzmann raconte son histoire d'amour nord-coréenne à i24NEWS

"Napalm": Claude Lanzmann raconte son histoire d'amour nord-coréenne à i24NEWS

Claude Lanzmann
i24NEWS
"Cette histoire ne m'a jamais quitté, cette histoire a toujours été extrêmement présente"

Présenté lors du 70e Festival de Cannes en mai dernier, "Napalm" est le récit de cette "brève rencontre" que Claude Lanzmann dévoilait dans "Le Lièvre de Patagonie", le roman de sa vie paru en 2009.

i24NEWS s'est entretenu avec lui le mois dernier à Jérusalem pour reparler de cette histoire d'amour qu'il n'a pas oublié, mais également "une histoire d'amour dans laquelle il ne s'était rien passé".

"Cette histoire ne m'a jamais quitté, cette histoire a toujours été extrêmement présente et je me suis souvent demandé ce qu'elle était devenue parce que la quitter a été un arrachement très brutal", a expliqué Claude Lanzmann à i24NEWS.

"C'était une brève rencontre mais très intense et je me suis toujours demandé comment en faire un film", a-t-il ajouté.

Elle s'appelait Kim Kum-sun. Elle était l'une des infirmières de la Croix-Rouge de Pyongyang, chargée pendant une semaine de lui faire des piqûres de vitamines en 1958 et fut l'objet d'une véritable passion amoureuse pour le réalisateur âgé aujourd'hui de 91 ans.

Mais ce dernier qui l'a aimée il y a maintenant près de soixante ans, ne cherche pas à savoir si elle est toujours en vie, préférant se souvenir de son indicible beauté.

En 1958, l'écrivain et cinéaste qui a été membre des jeunesses communistes, s’était rendu en Corée du Nord, avec une délégation d'intellectuels. Il était retourné à Pyongyang en 2016 pour y tourner sans autorisation.

"Je n'ai pas eu d'autorisation, ils ne savaient pas ce que je faisais. Ils ne savaient pas que je tournais, il y avait une sorte de caméra qui était cachée sous un appareil photographique", a expliqué M. Lanzmann à i24NEWS.

Et de souligner: "il faut comprendre que rien de ce qui se passe là-bas n'est compréhensible ou ne serait compréhensible si on oubliait le facteur déclenchant à savoir la guerre de Corée".

En effet, au début du film, il rappelle - images d'archives à l'appui - que trois millions de litres de napalm ont été déversés par l'armée américaine entre 1950 et 1953 sur la Corée du Nord, "pays où le temps s'est arrêté".

Interrogé par i24NEWS sur la réception du film lors de sa présentation au festival de Jérusalem, Claude Lanzmann a par ailleurs confié qu'il se demandait "comment ils allaient le prendre".

"J'étais très surpris car ils l'ont très bien pris: il y a des ressemblances entre la Corée du Nord et Israël. Par exemple: c'est un pays où c'est le royaume des femmes", a-t-il révélé.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(1)

Jeunesse communiste en 1958 ? Pourtant Staline , Budapest....

8Article précédentSacré à Venise en 2009, l’Israélien Samuel Maoz vise un deuxième Lion d'Or
8Article suivantLes géants LVMH et Kering bannissent les mannequins trop maigres et trop jeunes