Quantcast i24NEWS - Une "histoire économique du monde" racontée à Tel Aviv

Une "histoire économique du monde" racontée à Tel Aviv

Une (micro) histoire économique du monde, dansée
Pierre Grosbois - 2010
Le metteur en scène Pascal Rambert propose ce week-end un spectacle avec une cinquantaine d'habitants de Jaffa

L’amphithéâtre Tirush, situé dans la vieille ville de Jaffa, accueille samedi et dimanche soir un événement des plus alléchants.

Le spectacle "Une (micro) histoire économique du monde, dansée" du metteur en scène Pascal Rambert, conçu au théâtre de Gennevilliers en 2010, sera donné en hébreu sur cette scène en plein air, derrière laquelle se dresse une des plus belles vues de Tel Aviv.

Après la France, les Etats-Unis, le Japon, ou encore l’Egypte, c'est donc en Israël que cette création, qui joue avec les codes de la performance artistique et de la danse, vient poser ses valises le temps d’un week-end, grâce aux efforts déployés par Gal Hurvitz ; cette jeune israélienne, qui a fondé en 2014 l’école de théâtre Etty Hillesum pour les jeunes vivant dans les quartiers défavorisés de Jaffa.

Facebook

Dans ce spectacle, une cinquantaine d’acteurs non-professionnels juifs et arabes, originaires de ce quartier du sud de Tel Aviv, dont les élèves de l’école Etty Hillesum, raconteront ensemble aux spectateurs par la parole, le geste et le mouvement, leur quotidien pris dans "les remous du grand marché mondial",

En parallèle de ce ballet protéiforme, quatre acteurs, incarnation des experts ou spécialistes, raconteront une histoire (très raccourcie) de l'économie mondiale, et tenteront d’expliquer la "crise" économique, qui affectent directement la vie de chacun.

Gal Hurvitz a ainsi tenu son pari. Il y a un an, la jeune israélienne avait promis à ses élèves de leur offrir l’opportunité de participer à cette formidable aventure, sous la baguette d’un des plus grands metteurs en scène européens contemporains.

Après avoir remué ciel et terre, et convaincu plusieurs institutions d’être partenaires de cette production, la promesse s’est donc réalisée.

Les élèves de l’école Etty Hillesum, ainsi que d’autres habitants du quartier achèvent aujourd’hui deux semaines de répétition intensives dirigées par le metteur en scène français, qui se dit enchanté par cette expérience.

"Tendresse" et "Victoire"

"Je suis très content d’être là. Je retiens de cette rencontre avec les participants beaucoup de tendresse", confie Pascal Rambert au terme d’une longue journée de répétition.

La chorale des "Voix de la Paix", qui réunit des jeunes arabes et juives, interviendra également durant le spectacle.

"Pour moi, voir tous ces gens d’origines différentes ensemble sur une scène de théâtre, c’est une vraie victoire", poursuit le metteur en scène, qui a dû composer avec le renoncement de plusieurs participants, suite à une fusillade à Jaffa qui a fait fait deux morts le mois dernier, et qui a suscité des tensions dans le quartier.

Marc Domage

Mais Pascal Rambert préfère s’attarder sur le plaisir qu’il a pris à travailler avec ces Israéliens de tous horizons.

"Je suis un passionné du corps humain. J’observe cette femme de 70 ans qui bouge avec le corps d’une femme de son âge, à côté d’une jeune qui a 15 ans et qui a une vélocité incroyable, elle-même à côté d’un jeune timide, qui est encore dans sa coquille, et tout cela m’émeut", souligne-t-il.

"L’émotion de ce spectacle vient des individualités. Je crée une chose collective, et en même temps, je laisse aussi à chacun être lui-même à l’intérieur de ce cadre", explique celui qui fut lauréat du Prix Émile Augier de l'Académie française en 2015.

"Si les gens veulent faire tomber leurs a priori sur ce qu’est le théâtre, la danse, le chant, la philosophie, sur la vision qu’on a de l’autre, s’ils veulent voir des personnes réunies qui créent de la beauté ensemble, ce spectacle leur offre une occasion idéale", conclut Pascal Rambert.

Ce projet qui a permis à ces acteurs non-professionnels de vivre une expérience unique n’aurait jamais pu voir le jour sans le soutien de l’Institut français en Israël, du département culture de la mairie de Tel Aviv, ou encore de l’organisme "Meshilma leYafo" qui oeuvre pour la réhabilitation de certains quartiers de Jaffa.

Le public qui se rendra à Jaffa samedi et dimanche soir devrait, sans nul doute, être emballé par ce spectacle, véritable invitation à l'émotion et à la réflexion.

Jérémie Elfassy est journaliste pour le site en français d’i24NEWS

“Une (micro) histoire économique du monde, dansée”
Création de Pascal Rambert
Samedi 7 et Dimanche 8 octobre 2017, 20h
Amphithéâtre Tirush, Gan HaPisga, vieille ville de Jaffa
Entrée libre

A LIRE SUR LE MEME SUJET:

Pascal Rambert à Tel Aviv: "l'occasion de faire une chose utile à travers l'art"

Tel Aviv: l'école qui fait rimer théâtre avec espoir

Commentaires

(1)

"Le public qui se rendra à Jaffa samedi et dimanche soir devrait, sans nul doute, être emballé par ce spectacle, véritable invitation à l'émotion et à la réflexion". Il y a une telle générosité dans l'article de Jérémie Elfassy et le travail de Pascal Rambert ! Merci de nous donner envie de danser, même pour ceux qui dansent "Le public qui se rendra à Jaffa samedi et dimanche soir devrait, sans nul doute, être emballé par ce spectacle, véritable invitation à l'émotion et à la réflexion". Il y a une telle générosité dans l'article de Jérémie Elfassy ! Merci de nous donner envie de vouloir danser, même à ceux qui dansent 'comme un sac'.

8Article précédentLe Nobel de littérature au Britannique Kazuo Ishiguro
8Article suivantFrance: un Pissarro volé sous l'Occupation au coeur d'un procès à Paris