Économie

La BCE pourrait encore abaisser davantage ses taux si nécessaire (Draghi)

La Banque centrale européenne (BCE) a sorti les grands moyens jeudi pour tenter de relancer l'inflation en zone euro et maintenir sa crédibilité, en dévoilant une flopée de nouvelles mesures de soutien à l'économie dont une nouvelle baisse des taux.

Ce faisant son président Mario Draghi, engagé dans une lutte sans merci contre l'inflation trop basse, est même allé plus loin que ce qu'on attendait de lui, réjouissant les marchés mais donnant aussi l'impression que la BCE a maintenant donné "le maximum".

Le conseil des gouverneurs de l'institution monétaire, composé de six directeurs et des 19 gouverneurs des banques centrales nationales de la zone euro, a décidé d'abaisser encore davantage l'ensemble de ses taux directeurs, déjà ramenés à des niveaux historiquement bas depuis plus d'un an.

Le taux central, une référence pour le crédit en zone euro, a été abaissé de 0,05% à zéro, tandis que le taux de dépôt, qui s'applique aux banques parquant des liquidités en surplus pour 24 heures auprès de la BCE, a été ramené de -0,30% à -0,40%. Ce taux stationne en territoire négatif depuis juin 2014 et avait déjà été abaissé à deux reprises par le passé.

Mario Draghi a ajouté que la BCE pourrait abaisser davantage ses taux, si cela s'avérait nécessaire. D'autant qu'elle a revu à la baisse ses prévisions de croissance et d'inflation pour 2016 et 2017.

En parallèle, la banque centrale va muscler à partir d'avril son vaste programme de rachats de dettes, le "QE" pour "Quantitative Easing", en rachetant jusqu'à 80 milliards d'euros de titres chaque mois, contre 60 milliards jusqu'à présent, et ce jusque mars 2017.

Au total, ce sont donc 240 milliards d'euros de plus qui seront déversés sur le circuit financier. La palette des titres éligibles au rachats de dettes a été élargie pour inclure des obligations émises par des entreprises de la zone euro - à l'exclusion des banques.

Un nouveau programme de prêts géants pour les banques complètera le dispositif.

L'objectif est d'inciter les banques à faire circuler l'argent dans l'économie, pour faire repartir le crédit, les prix, et la croissance.

Au-delà des espérances

Toutes ces mesures vont au-delà des espérances des marchés, qui attendaient seulement une augmentation des rachats de dettes et une baisse d'un des taux directeurs, le taux de dépôt.

Après avoir déçu les marchés une première fois en décembre, et alors que sa crédibilité était en jeu, la banque veut entend frapper fort. Jusqu'à maintenant, les effets des outils déjà déployés se font encore attendre. Un an après avoir dégainé la première mouture de son "QE", l'inflation s'affiche à -0,2% en zone euro, très loin de l'objectif des banquiers centraux d'une hausse des prix proche mais inférieure à 2%.

La faute à la chute sans fin des prix du pétrole et à une reprise toujours atone sur le Vieux Continent, assombrie par le ralentissement de la Chine et des pays émergents.

Les marchés applaudissaient. L'indice Dax de la Bourse de Francfort prenait plus de 2,20% peu après ces annonces, tandis que le CAC40 à Paris grimpait de 2,59%.

Pourtant les premières réserves se faisaient déjà entendre.

"C'était le maximum que la BCE puisse faire, mais cela ne suffira pas à lever les doutes sur l'impact de ces mesures", souligne Carsten Brzeski, économiste chez ING.

De plus en plus d'observateurs mettent en doute la capacité de la BCE à ramener l'inflation vers sa cible - et celle des banques centrales de manière générale à agir sur l'économie mondiale.

Pour Jonathan Loynes, de Capital Economics, la banque centrale a dévoilé "un panaché de mesures plus audacieux que ce que la plupart des observateurs attendait". "La BCE a finalement tenu ses promesses", salue-t-il, "mais elle ne peut pas faire des miracles".

(AFP)

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte