Économie

La Bourse de Londres,  à l'instar des autres places financières, avait parié sur un maintien du Royaume-Uni dans l'UE (photo d'illustration prise le 7 mars 2013)
Comme l'once d'or, le yen, valeur refuge qui s'était envolée vendredi, restait à des niveaux élevés

La livre britannique est tombée lundi à un niveau au plus bas face à l'euro, continuant de souffrir des incertitudes politiques et économiques liées au vote en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Vers 09H20 GMT (11H20 à Paris), la livre est tombée à 83,26 pence pour un euro, encore en-dessous du seuil atteint vendredi qui constituait déjà un plus bas depuis début avril 2014.

La livre a désormais perdu plus de 9% de sa valeur face à l'euro depuis l'annonce de la victoire du Brexit (pour "British Exit") au référendum de jeudi.

Face au dollar, la livre restait également sous pression, évoluant proche de son plus bas niveau en plus de 30 ans (1,3229 dollar pour une livre) atteint vendredi.

"La livre reste sous pression et le taux de rendement des obligations britanniques à 10 ans est tombé sous 1% pour la première fois, montrant que le marché prend en compte la possibilité de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire considérables de la Banque d'Angleterre (BoE) dans les semaines et mois à venir", a relevé Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Vendredi, la nouvelle d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne avait pris les investisseurs par surprise, et la monnaie britannique était tombée à des niveaux inédits depuis 1985, jusqu'à 1,3229 dollar.

Toujours secouée, elle repassait sous la barre de 1,35 dollar dans les échanges asiatiques lundi, tombant à 1,3356 dans la matinée à Tokyo, contre 1,3670 dollar en fin de semaine dernière.

La monnaie unique cédait elle aussi du terrain vis-à-vis du billet vert, tombant à 1,0984 dollar, contre 1,1112 dollar.

Comme l'once d'or, le yen, valeur refuge qui s'était envolée vendredi, restait à des niveaux élevés: le dollar s'affichait autour de 101,65 yens, contre 104,68 yens à la veille des résultats du vote britannique, tandis que l'euro valait 112 yens, contre 118,77 yens.

"Je pense que la livre va continuer à sombrer, tout comme l'euro, tandis que le dollar et le yen vont avoir les faveurs des cambistes. Le marché n'a pas digéré l'impact du référendum britannique", a estimé Marito Ueda, responsable des changes chez FX Prime à Tokyo.

Devant ce regain de la monnaie américaine, la banque centrale chinoise (PBOC) a fixé lundi le niveau de référence du yuan à son plus bas niveau depuis fin 2010 face au dollar afin d'éviter une appréciation trop forte de sa monnaie dommageable pour ses exportations.

Il s'agit de la plus forte diminution journalière depuis la spectaculaire dévaluation d'août 2015 qui avait ébranlé les marchés.

Du côté des Bourses, la tonalité était globalement négative, mais on était loin du chaos de vendredi: Séoul perdait 0,24%, Singapour 0,37%, tandis que Hong Kong se repliait de 0,73% à la pause.

Tokyo faisait figure d'exception, vraisemblablement porté par des espoirs d'intervention des autorités sur le marché des changes. L'indice vedette Nikkei gagnait ainsi près de 2% dans l'après-midi après un plongeon de 7,92% vendredi.

Le même jour, les banques centrales, prêtes à fournir des liquidités pour contrer des mouvements extrêmes de changes, n'ont pas réussi à apaiser les craintes.

Si Londres a paradoxalement tiré son épingle du jeu (-3,15%), Paris a décroché de 8,04%, Francfort de 6,82%, Madrid et Milan de plus de 12%. A New York, le Dow Jones a lâché 3,39% et le Nasdaq 4,12%.

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte