Quantcast i24NEWS - Le géant pharmaceutique israélien Teva va licencier 7.000 employés

Le géant pharmaceutique israélien Teva va licencier 7.000 employés

Israeli Teva is already the world's largest manufacturer of generic drugs -- non-branded, cheaper alternatives to branded drugs that have lost their patent
Jack Guez (AFP/File)
Le cours de l'action de la société a baissé de 11% à la bourse de Tel-Aviv

Le géant pharmaceutique israélien Teva va licencier 7.000 employés dans le monde, dont 350 en Israël, après avoir généré une perte estimée à 6 milliards de dollars au trimestre précédent.

Le cours de l'action de la société a baissé de 11% à la bourse de Tel-Aviv et de 10% à la bourse de New York.

"L'entreprise n'avait pas prévu de résultats aussi médiocres. Quinze usines vont prochainement fermer," a déclaré le Dr Yitzhak Peterburg, chef de la direction, mettant en exergue la crise au Venezuela.

"Les résultats du deuxième trimestre ont été inférieurs à ceux prévus en raison de la baisse de nos performances de nos activités génériques américaines et de la situation au Venezuela actuellement empêtré dans un tourbillon politique", a-t-il expliqué.

"Ces facteurs ont également entraîné une chute de nos prévisions pour le reste de l'année. Les employés à Teva comprennent la frustration et la déception de nos actionnaires à la lumière de ces résultats", a-t-il ajouté.

Les pertes se justifient également par une plus grande concurrence en raison de l'augmentation des approbations de médicaments génériques par la FDA (Food and Drug Administration qui est l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) des États-Unis et du retard de nouveaux lancements de produits.

Teva a été visé en février par une enquête de police en Israël pour des faits présumés de pots-de-vin versés à des responsables étrangers.

Ces investigations ont ajouté aux vicissitudes de l'Israélien Teva qui avait annoncé peu de temps avant son PDG Erez Vigodman, après seulement trois ans à la tête de l'entreprise.

La révélation de ces investigations a été un nouveau coup dur pour Teva, qui a perdu 6,29% à 32,19 dollars à la bourse de New York alors que l'action était en baisse de plus de 2,5% à la bourse de Tel-Aviv.

Yitzhak Peterburg a remplacé provisoirement Erez Vigodman, le temps de trouver un nouveau PDG permanent.

Les analystes ont expliqué la démission surprise de M. Vigodman par une série d'erreurs et de revers qui ont sapé la confiance des investisseurs. Ils ont invoqué notamment une série d'acquisitions dont le point d'orgue fut celle, finalisée en 2016 pour 40 milliards de dollars, d'Actavis Generics, branche générique d'Allergan, l'un des principaux concurrents de Teva.

Commentaires

(1)
Hannibal

Ils ne savent qu'imiter et rien créer. Ca leur pendait au nez

8Article précédentL'Arabie saoudite lance un projet touristique d'envergure
8Article suivantStandard and Poor's félicite Israël et relève la perspective de sa note