Quantcast i24NEWS - Teva va licencier 25% de ses employés en Israël

Teva va licencier 25% de ses employés en Israël

Israeli Teva is already the world's largest manufacturer of generic drugs -- non-branded, cheaper alternatives to branded drugs that have lost their patent
Jack Guez (AFP/File)
Ces licenciements s'inscrivent dans un plan de rationalisation des coûts après des pertes importantes

L'entreprise pharmaceutique israélienne Teva devrait licencier prochainement environ 1.700 de ses employés, révèle jeudi le journal Calcalist.

Ce chiffre représente 25% des employés de l'entreprise en Israël, dont le total s'élève aujourd'hui à 6.680 personnes.

Les employés visés par ce plan de licenciement devraient recevoir des lettres de convocation à un entretien préalable dans les prochaines semaines.

Selon le Calcalist, ces licenciements s'inscrivent dans le cadre d'un processus de rationalisation des coûts de l'entreprise après des rapports ayant pointé d'importantes pertes.

Teva devrait également annoncer des licenciements aux États-Unis.

En août dernier, le géant de l'industrie pharmaceutique avait déjà annoncé le licenciement de 7.000 employés dans le monde, dont 350 en Israël, après l'annonce de pertes estimée à 6 milliards de dollars au trimestre précédent.

Le cours de l'action de la société avait alors baissé de 11% à la bourse de Tel-Aviv et de 10% à la bourse de New York.

"L'entreprise n'avait pas prévu de résultats aussi médiocres. Quinze usines vont prochainement fermer", avait annoncé le Dr Yitzhak Peterburg, chef de la direction.

Les pertes se justifient également par une plus grande concurrence en raison de l'augmentation des approbations de médicaments génériques par la FDA (Food and Drug Administration qui est l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) des États-Unis et du retard de nouveaux lancements de produits.

Par ailleurs, Teva a été visé en février par une enquête de police en Israël pour des faits présumés de pots-de-vin versés à des responsables étrangers.

Ces investigations ont encore enfoncé davantage l'entreprise qui avait annoncé peu de temps avant le départ de son PDG Erez Vigodman, après seulement trois ans à la tête d'un des fleurons de l'industrie israélienne.

Les analystes ont expliqué cette démission surprise par une série d'erreurs et de revers qui ont sapé la confiance des investisseurs.

Commentaires

(1)

A qui cela profite ? Quel est le concurrent direct de Teva ?

8Article précédent"Paradise papers": révélations sans précédent sur les clients des paradis fiscaux
8Article suivantIsraël et le Japon signent un nouvel accord pour faciliter les investissements