Finance

L'économie de la zone euro a affiché en 2015 sa meilleure croissance depuis 4 ans
Le troisième plan de sauvetage prévoit 86 milliards d'aide au total dont 31.7 milliards ont déjà été déboursés

La zone euro a validé mardi le déblocage de 2,8 milliards d'euros dans le cadre du troisième plan de sauvetage pour la Grèce, à la suite des réformes réalisées par Athènes.

"La décision d'aujourd'hui de verser 2,8 milliards d'euros à la Grèce est le signe que les Grecs continuent de manière régulière à faire des progrès dans la réforme de leur pays", souligne un communiqué du Mécanisme européen de stabilité (MES) qui supervise les prêts à la Grèce de la zone euro.

Les ministres européens des Finances avaient déjà approuvé en octobre le versement partiel de cette tranche d'aide, à hauteur de 1,1 milliard d'euros, la Grèce ayant terminé la mise en œuvre de 15 réformes réclamées par ses partenaires européens. Cette somme est destinée au service de la dette.

Le versement du 1,7 milliard restant, destiné au financement d'arriérés, était conditionné à la transmission de données complémentaires par Athènes, qui a donc fourni les informations nécessaires au Mécanisme européen de stabilité.

Le déboursement de ces 2,8 milliards d'euros vient compléter une première tranche de 7,5 milliards déjà versée en juin.

John Thys (AFP/File)

Soumise à des politiques d'austérité draconiennes, la Grèce peine à sortir de la récession malgré l'amélioration de ses finances.

Elle s'était entendue avec les pays de la zone euro en juillet 2015 sur un troisième plan d'aide prévoyant l'octroi de crédits jusqu'à 86 milliards d'euros, en échange d'un certain nombre de réformes.

Sur ces 86 milliards, 31,7 milliards ont désormais été déboursés, précise le MES dans son communiqué.

"J'espère que notre bonne coopération avec le gouvernement grec continuera, de manière à ce que la seconde revue du programme (d'aide) puisse être complétée dans un temps opportun", a affirmé mardi le directeur général du MES Klaus Regling, cité dans le communiqué.

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, avait souligné au début du mois qu'il espérait obtenir, "d'ici la fin de l'année, un accord global" qui permettrait d'"aborder la question de la dette" grecque.

Cette question est particulièrement importante pour le FMI, qui a de nouveau appelé l'UE à alléger la dette, condition pour qu'il accepte de participer financièrement au plan d'aide à la Grèce.

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte