International

Le logo de l'UNESCO à son siège à Paris
Selon un porte-parole de l'UNESCO, "le texte a été entériné assez rapidement sans qu'il y ait de nouveau vote"

L'Unesco a formellement adopté mardi la résolution controversée niant le lien millénaire entre les Juifs et le Mont du Temple à Jérusalem.

Présenté par l'Algérie, l'Egypte, le Liban, le Maroc, Oman, le Qatar et le Soudan, le texte a été validé par les 58 Etats membres du Conseil exécutif de l'Unesco réunis en assemblée plénière au siège de l'organisation à Paris.

Aucun des Etats membres du Conseil exécutif, réunis en plénière, n'a demandé à rouvrir le débat et le texte a été entériné assez rapidement sans qu'il y ait de nouveau vote, a expliqué une porte-parole de l'Unesco.

Les Palestiniens se sont immédiatement réjouis à l’annonce du résultat du vote, rapporte l'AFP.

"La résolution rappelle qu'Israël est une puissance occupante à Jérusalem-Est et lui demande d'arrêter ses abus", a déclaré à la presse Mounir Anastas, ambassadeur adjoint à l'Unesco.

Le Mexique avait pourtant annoncé plus tôt dans la journée vouloir changer son vote.

Le Ministère des Affaires étrangères avait par ailleurs indiqué avoir remercié son ambassadeur auprès de l'Organisation, Andrès Roemer Slomianski, en particulier pour avoir "mal informé le gouvernement" sur le contexte du vote et pour avoir partagé les intentions de vote du Mexique avec d'autres pays.

Roemer avait quitté la salle de vote jeudi à Paris, en guise de protestation personnelle contre la décision de son pays de voter en faveur de la résolution.

Après avoir donné pour consigne à Roemer d'approuver le texte adopté par une Commission de l'UNESCO, le ministère a indiqué que le Mexique s'abstiendrait de voter ce mardi, lors de la session plénière, pour une adoption définitive.

Le gouvernement du Mexique "reconnaît le lien indéniable du peuple juif au patrimoine culturel situé à Jérusalem-est", a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué publié sur son site internet.

Ce nouveau vote "reflète également la reconnaissance profonde de ce gouvernement envers la communauté juive, en particulier pour son importante contribution au développement économique, social et culturel du Mexique", ajoute le communiqué.

Le texte présenté par sept pays arabes et approuvé par 24 voix (6 contre et 28 abstentions), a attiré les foudres du gouvernement israélien.

La résolution a aussi été critiquée par la directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, qui a été menacée de mort suite à sa prise de position.

7 Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte