International

Police kényane
Deux Iraniens projetaient d'attaquer l'ambassade israélienne à Nairobi

Deux Iraniens, détenant des vidéos de l'ambassade d'Israël à Nairobi, et ayant recueilli différentes informations concernant l'établissement, ont été accusés par un procureur kényan de vouloir mener une attaque terroriste, a-t-on appris jeudi.

Le procureur de la République, Duncan Ondimu, a déclaré jeudi que Sayed Nasrollah Ebrahim et Abdolhosein Gholi Safaee ont été arrêtés mardi à Nairobi dans une voiture appartenant à l'ambassade iranienne.

M. Ondimu a expliqué que les suspects prenaient des photos de la mission israélienne à l'aide d'un téléphone portable.

Le chauffeur kényan, Moses Keyah Mmboga, qui conduisait le véhicule, a également été inculpé, notamment pour ''incitation au terrorisme".

Le ministère israélien des Affaires étrangères à Jérusalem n'a pas commenté l'incident.

Des intérêts israéliens au Kenya, allié de l'Etat hébreu, ont également été la cibles d'attentats par le passé.

Les relations entre les deux pays sont étroites depuis le raid sur l'aéroport d'Entebbe en 1976. Ces dernières années, le Kenya est même devenu la tête de pont d'une alliance contre le terrorisme islamique entre Israël et plusieurs pays de la région.

Un attentat au véhicule piégé dans un hôtel de Kikambala beach, à une vingtaine de kilomètres au nord de Mombasa, avait fait en novembre 2002 quinze morts dont trois Israéliens. Cinq minutes auparavant, un avion charter israélien qui venait de décoller de Mombasa avait échappé de justesse au tir de missiles sol-air.

Entre 2009 et 2012, à l’occasion de visites au Kenya, au Ghana, au Nigeria puis en Ouganda au cours desquelles il a signé de nouveaux contrats, Lieberman avait mis en garde ses interlocuteurs africains sur le danger du terrorisme islamique et d’une nucléarisation de l’Iran, qui risquaient d’avoir des répercussions dans leur propre région.

Israël a depuis accepté de fournir des drones, des vedettes navales rapides et un équipement de surveillance en vue d’aider le Kenya à se débarrasser des éléments islamistes terroristes, notamment par la formation des forces kenyanes aux opérations antiterroristes et l’envoi de conseillers militaires en cas de danger ou de situation critique.

En mai 2013, la justice kényane avait condamné deux Iraniens à la prison à vie pour possession d'explosifs en vue de commettre des attentats au Kenya.

Ahmed Mohammed, 50 ans, et Sayed Mansour, 51 ans, arrêtés en juin 2012, avaient conduit la police à 15 kg de RDX, un puissant explosif militaire, cachés dans un golf de Mombasa, deuxième ville du pays et important centre touristique sur la côte de l'océan Indien.

Selon le tribunal, l'explosif devait être utilisé pour des attentats à Mombasa et Nairobi. A l'époque, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait accusé l'Iran de préparer des attentats contre les intérêts israéliens au Kenya.

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte