Quantcast i24NEWS - Trump décolle pour l'Arabie saoudite, son premier voyage à l'étranger

Trump décolle pour l'Arabie saoudite, son premier voyage à l'étranger

Donald Trump and his wife Melania wave before boarding Air Force One for his first trip abroad as US president
MANDEL NGAN (AFP)
Pour Ryad, l'objectif principal est d'affirmer son leadership régional face à son rival chiite, l'Iran

Donald Trump a quitté vendredi Washington, à bord de l'avion présidentiel Air Force One, pour son premier déplacement à l'étranger, accompagné de sa femme Melania et de sa fille Ivanka, qui est également sa conseillère.

Le président américain entame une tournée diplomatique particulièrement dense - cinq pays en huit jours - qui doit l'emmener en Arabie saoudite, en Israël, dans les Territoires, au Vatican, à Bruxelles et en Sicile où il participera au sommet du G7.

Le président américain, qui veut mobiliser toutes les opinions contre les groupes islamistes radicaux, profitera de son premier déplacement à l'étranger pour prononcer un discours sur une "vision pacifique" de l'islam.

De leur côté, les dirigeants musulmans attendent peut-être de Donald Trump qu'il jette des passerelles après les accusations d'islamophobie portées contre lui pendant la campagne électorale de 2016 et en liaison avec les restrictions annoncées début 2017 par les Etats-Unis pour les voyageurs venant de six pays à majorité musulmane.

STRINGER (AFP/Archives)

Pour Ryad, l'objectif principal est d'affirmer son leadership régional face à son rival chiite, l'Iran, soulignent des analystes.

"C'est une démonstration de leadership régional pour l'Arabie saoudite" à travers sa capacité à réunir un grand nombre de dirigeants musulmans, relève Adam Baron de l'European Council on Foreign Relations.

Les dirigeants de pas moins de 55 pays musulmans, du sultanat de Brunei au Niger en passant par la Turquie, ont été invités au sommet. Aura également lieu dimanche une réunion avec les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le club des six pétromonarchies du Golfe.

La rencontre samedi entre M. Trump et le roi saoudien Salmane est en outre vue par Ryad comme une occasion de reconstruire des relations solides avec Washington après des années de frictions sous l'ancien président Barack Obama, jugé favorable à l'Iran.

Ce premier voyage officiel intervient dans un contexte de crise politique à Washington, où la Maison Blanche se débat avec les retombées du limogeage du directeur du FBI et de l'affaire des liens avec la Russie.

Commentaires

(0)
8Article précédentMacron recevra Poutine lundi prochain à Versailles (Élysée)
8Article suivantL'ONU demande à Pyongyang de cesser ses essais balistiques