Quantcast

Processus de paix: Kushner attendu en Israël pour relancer les pourparlers

White House special advisor Jared Kushner has accompanied President Donald Trump, his father-in-law, on his first trip abroad to the Middle East and Europe
Thomas COEX (AFP)
L'émissaire de Trump doit arriver lundi dans la région, M. Kushner le rejoindra mercredi

Le conseiller spécial et gendre du président américain Jared Kushner, se rendra cette semaine en Israël et en Cisjordanie aux côtés de Jason Greenblatt, afin de relancer les efforts de paix dans le conflit israélo-palestinien, a annoncé lundi matin un responsable de la Maison Blanche.

Alors que l’émissaire de Donald Trump chargé des négociations internationales, M. Greenblatt, doit arriver ce lundi dans la région, M. Kushner le rejoindra dès mercredi pour une série de rencontres avec les dirigeants israéliens et palestiniens.

Le haut responsable américain a précisé qu’aucune avancée majeure n’était à prévoir lors de cette visite, mais que "le président a demandé à deux de ses plus proches conseillers de diriger l’effort de paix".

"Il est important de se souvenir que l’élaboration d’un accord de paix historique prendra du temps et, dans la mesure où des progrès seront faits, il y aura vraisemblablement de nombreuses autres visites de Messieurs Kushner et Greenblatt", a déclaré la même source.

Le haut responsable a par ailleurs ajouté que dans le cadre des négociations, les deux conseillers de Trump se rendront dans la région "parfois ensemble, parfois séparément", ajoutant que de nombreux voyages de représentants israéliens et palestiniens à Washington seront également à prévoir afin de mener des "discussions approfondies".

AFP

Depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, les Etats-Unis redoublent d'efforts pour faire avancer les négociations "directes" entre Israéliens et Palestiniens, afin de parvenir à un accord de paix durable, incluant les pays arabes.

L'administration américaine aurait élaboré un plan en plusieurs étapes visant à servir de feuille de route pour la tenue de pourparlers entre les parties dans un futur proche.

Le président américain a par ailleurs évoqué, lors de son entretien avec Abbas le mois dernier, la création d'une Commission spéciale composée de cinq représentants de chacune des parties qui se rendraient à la Maison Blanche pour des consultations visant à relancer les négociations.

Commentaires

(0)
8Article précédentConflits: 65,6 millions de déplacés en 2016, nouveau record (ONU)
8Article suivantMoscou suspend la communication militaire avec Washington en Syrie