Quantcast i24NEWS - Le groupe Total signe un accord gazier en Iran malgré les pressions américaines

Le groupe Total signe un accord gazier en Iran malgré les pressions américaines

Siège du groupe français Total, le 21 octobre 2014 à La Défense près de Paris
MARTIN BUREAU (AFP/Archives)
Total devient la première grande compagnie occidentale du secteur des hydrocarbures à revenir en Iran

Le groupe français Total, à la tête d'un consortium international avec le chinois CNPCI, a signé lundi un accord gazier de 4,8 milliards de dollars avec Téhéran, malgré les pressions de Washington qui envisage de nouvelles sanctions contre l'Iran.

En vertu de ce contrat d'une durée de 20 ans, le consortium investira deux milliards de dollars (1,76 milliard d'euros) dès la première étape du développement de la phase 11 du vaste champ gazier offshore Pars-Sud.

Total devient ainsi la première grande compagnie occidentale du secteur des hydrocarbures à revenir en Iran depuis la levée partielle des sanctions internationales en janvier 2016, en vertu de l'accord nucléaire signé en 2015 avec les grandes puissances, dont la France et les Etats-Unis.

"Aujourd'hui est un jour historique pour Total, le jour où nous revenons en Iran", a déclaré le PDG du groupe Patrick Pouyanné lors de la signature de l'accord à Téhéran.

"J'espère que cet accord entre une grande société européenne, française, et l'Iran va donner des idées à d'autres sociétés de venir en Iran parce que le développement économique c'est la façon aussi d'apporter la paix", a déclaré M. Pouyanné.

"Nous sommes là pour construire des ponts et pas pour faire des murs, nous nous développons en Iran au Qatar, aux Emirats, partout où nous pouvons le faire", a-t-il ajouté.

Atta Kenare (AFP)

"Nous n'oublierons jamais que Total a été le précurseur", a pour sa part lancé le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namadar Zanganeh.

Selon lui, l'industrie des hydrocarbures iranienne a besoin de 200 milliards de dollars (176 milliards d'euros) d'investissement sur les cinq prochaines années.

L'Iran dispose des deuxièmes réserves mondiales de gaz, après la Russie, et des quatrièmes réserves mondiales de pétrole, mais les compagnies étrangères restent globalement réticentes à investir dans ce pays en raison de sanctions américaines toujours en vigueur.

Commentaires

(3)

Comme d habitude la france se distingue par le zèle a remettre en selle un pays terroriste sauf qu aujourd hui il faudra faire un choix entre pays sunnites et chiites... Il semblerait que total ait privilégie le court terme au long terme... l avenir nous le dira...

Platon est platonique. Il s'agit de business pas d'idéal judaïque ! Total signe juste des contrats comme les americains quand ca les arrange. Soudainement les sunnites deviennent vos amis !? Avez vous vraiment des amis dans ces mondes !?

comme d'habitude en regardant et écoutant les médias français, on croirait que total était seul dans la signature de ce contrat. un cocorico entaché de mensonge par omission. total était en réalité le leader d'un consortium comprenant la Chine (et peut être d'autres pays) quelle part détient total dans ce consortium ? La politique étrangère d'un pays est souvent faite au gré des intérêts de ses grands groupes,la france n'aura rien à refuser à l'Iran au regard de l'implantation de ses entreprises comme total, Renault, Peugeot, lafarge,Bouygues etc...

8Article précédentRencontre Macron-Abbas à Paris mercredi
8Article suivantLa Chine à l'ONU: la crise avec la Corée du Nord peut devenir "hors de contrôle"