Quantcast i24NEWS - L'Allemagne "instrumentalise" l'UE dans son différend avec Ankara (ministre)

L'Allemagne "instrumentalise" l'UE dans son différend avec Ankara (ministre)

Turkish EU Affairs Minister Omer Celik has called in all EU member state ambassadors for an unusual meeting at his ministry over the bloc's criticism
Adem Altan (AFP/File)
"Je peux clairement dire qu'il n'y a pas d'entrain pour stopper ou cesser les négociations d'adhésion"

Le ministre turc des Affaires européennes Omer Celik a déploré vendredi l'"instrumentalisation" de l'UE par l'Allemagne dans ses différends avec Ankara, et appelé à briser un "cercle vicieux".

M. Celik s'est également félicité du refus poli opposé par la majorité des 27 autres pays de l'UE à la chancelière Angela Merkel qui souhaite arrêter les négociations d'adhésion avec Ankara.

"Je peux clairement dire qu'il n'y a pas d'entrain pour stopper ou cesser les négociations d'adhésion", a souligné le ministre turc en marge d'une réunion de l'UE à Tallinn, où étaient invités les pays candidats.

"Ceux qui en ce moment viennent avec de nouveaux arguments" pour arrêter les pourparlers "essaient en fait d'instrumentaliser l'UE pour régler des problèmes bilatéraux", a-t-il affirmé.

"L'UE ne devrait pas être utilisée comme un outil pour répondre à des problèmes bilatéraux", a-t-il martelé.

"Vous ne pouvez pas parler d'arrêter ou suspendre les négociations d'adhésion, puis les redémarrer six mois plus tard", a mis en garde M. Celik, soulignant que "la Turquie est un grand pays, important d'un point de vue stratégique".

Ismail Hakki Musa, l'ambassadeur de Turquie en France, avait déclaré jeudi lors d'un entretien accordé à i24NEWS que l'"histoire des relations avec l'UE est une histoire des promesses non tenues par l'Union Européenne."

"Si l'UE ne veut pas des Turcs pour une raison quelconque, il faut qu'ils nous le disent. Nous ne pouvons pas continuer à attendre dans l'antichambre," a-t-il affirmé.

"La Turquie est un grand pays qui a une grande histoire, elle a son mot à dire dans beaucoup de questions régionales et internationales," a-t-il ajouté.

"Nous ne voulons pas de concubinage, nous voulons un mariage. Le partenariat privilégié est un traitement dégradant pour notre pays et c'est pour cela que nous le refusons," a argué M. Hakki Musa.

"Il est clair que la Turquie ne doit pas devenir un membre de l'Union européenne", avait déclaré de son côté Mme Merkel dimanche en pleine campagne électorale, ajoutant qu'elle chercherait auprès des autres pays de l'UE "une position commune sur ce point".

Les relations entre Berlin et Ankara ne cessent de se dégrader, en particulier depuis le putsch avorté de juillet 2016 en Turquie et les critiques allemandes sur les purges qui ont suivi.

"L'Allemagne est notre allié (...) Nous avons des liens historiques avec l'Allemagne mais il y a bien sûr des sujets inconfortables qui nous occupent en ce moment", a relevé M. Celik.

La Turquie accuse Berlin de laxisme face au réseau du prédicateur Fetullah Gülen et à la guérilla kurde du PKK, les deux ennemis jurés du gouvernement islamo-conservateur d'Ankara.

"Nous sommes vraiment très mal à l'aise par rapport aux arguments avancés par certains hommes politiques allemands", a insisté le ministre turc.

"Il ne se passe pas une journée sans qu'ils ne fassent des remarques contre notre président ou nos hommes politiques. Je pense que c'est un cercle vicieux que nous devons briser pour nous concentrer sur l'avenir", a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel, notamment, ne mâche pas ses critiques contre le régime du président Recep Tayyip Erdogan, qui lui a répliqué par de sévères remontrances.

(avec agence)

Commentaires

(0)
8Article précédentCorée du Nord: le président chinois appelle Macron à "apaiser la situation"
8Article suivantTrump appelle l'émir du Qatar à l'unité face à la menace terroriste