Quantcast i24NEWS - "Aucun signe d'intérêt" de la Corée du Nord pour des pourparlers (Washington)

"Aucun signe d'intérêt" de la Corée du Nord pour des pourparlers (Washington)

In this Aug. 10, 2017, file photo, a man watches a television screen showing U.S. President Donald Trump and North Korean leader Kim Jong Un during a news program at the Seoul Train Station in Seoul, South Korea
AP Photo/Ahn Young-joon, File
Rex Tillerson s'est montré samedi peu empressé de défendre les tweets belliqueux du président Trump

La Corée du Nord n'a montré "aucun signe d'intérêt" pour des pourparlers avec les Etats-Unis, a indiqué samedi la porte-parole du département d'Etat, malgré l'ouverture par Washington de "canaux de communication" avec Pyongyang.

"Les Etats-Unis ont ouvert plusieurs canaux pour communiquer avec des officiels au sein du régime nord-coréen", a rappelé Heather Nauert dans un communiqué, mais "les officiels nord-coréens n'ont montré aucun signe d'intérêt pour des pourparlers sur la dénucléarisation".

Les Etats-Unis ont des "lignes de communication" avec la Corée du Nord et "sondent" le régime sur la possibilité de discussions sur son programme nucléaire, avait pourtant déclaré dans un premier temps le Secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, alors que l'étau des sanctions internationales se resserre sur Pyongyang.

"Nous posons des questions. Nous avons des lignes de communication avec Pyongyang, nous ne sommes pas dans le noir complet", a assuré M. Tillerson devant des journalistes à Pékin, à la suite d'une rencontre avec le président chinois Xi Jinping.

"Nous avons deux ou trois canaux ouverts avec Pyongyang (...) Nous pouvons leur parler, nous leur parlons", a martelé le chef de la diplomatie américaine.

Le régime de Kim Jong-Un se montrerait-il disposé à revenir à la table des négociations? Rex Tillerson répond de façon elliptique: "Nous sondons (nos interlocuteurs), donc restez attentifs".

SPENCER PLATT (GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/File)

Washington n'entretient pas de relations diplomatiques avec la Corée du Nord. Pour autant, la Chine -dernier grand partenaire commercial de Pyongyang - ne sert pas d'intermédiaire, a insisté le secrétaire d'Etat américain.

Ce sont "nos propres canaux" de communication, a-t-il affirmé.

Les Etats-Unis ont répété à plusieurs reprises ne pas écarter "l'option militaire" contre la Corée du Nord, le président Donald Trump brandissant même la menace d'une "destruction totale" du pays.

Mais de hauts responsables de l'administration américaine reconnaissent qu'une intervention militaire dans la péninsule serait compliquée et périlleuse, mettant en danger la population sud-coréenne à portée de l'artillerie du Nord.

"Situation surchauffée"

A contrario, Rex Tillerson se fait le chantre de "pressions pacifiques" sur Pyongyang, via un durcissement des sanctions internationales et en travaillant avec la Chine pour resserrer l'étau autour du régime stalinien.

Mais ses efforts sont éclipsés par la violente escalade verbale dans laquelle sont engagés Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, qui échangent insultes et accusations.

"Homme-fusée" embarqué dans une "mission suicide", a récemment lancé l'hôte de la Maison Blanche. "Gâteux mentalement dérangé", avait répondu le Nord-Coréen.

Samedi encore, un organe de propagande nord-coréen livrait une nouvelle salves d'injures, qualifiant Donald Trump de "vieux psychopathe" dont l'attitude provoquera "un désastre nucléaire qui réduira l'Amérique en océan de flammes".

Cette spirale verbale alarme la communauté internationale et avive le spectre d'un essai nucléaire nord-coréen dans le Pacifique, susceptible d'entraîner une réaction des forces armées américaines.

Rex Tillerson s'est montré samedi peu empressé de défendre les tweets belliqueux du président Trump: "La situation est un peu surchauffée en ce moment. Je pense que tout le monde voudrait que ça se calme", a-t-il observé.

"Si la Corée du Nord cessait de tirer des missiles, cela apaiserait déjà pas mal les choses", a-t-il cependant plaidé. Une éventuelle intervention militaire dépend du seul Donald Trump, mais "autant que je sache, le commandant en chef n'a pas tracé de lignes rouges", a-t-il également commenté.

Par ailleurs, Washington mise ouvertement sur les effets de la nouvelle batterie de sanctions adoptées par le Conseil de Sécurité de l'ONU après un puissant essai nucléaire de Pyongyang début septembre.

Commentaires

(4)

À détruire avant qu’il ne soit trop tard

Pour sortir de ce tourbillon de provocations et de déclarations belliqueuses, il est grand temps de trouver une solution diplomatique, avant un dérapage incontrôlé qui peut mener à une apocalypse régionale... La Chine est aussi responsable que sa marionnette Kim qui est en train d'échapper à son contrôle; gare au retour de bâton... Même si les enjeux économico-politiques sont importants, Pékin pourrait fermer petit à petit le robinet qui permet à ce régime sous perfusion, de survivre; des négociations sont indispensables... Il ne faut pas rêver, Trump n'utilisera jamais la force pour régler ce problème, il sait que ses menaces ont peu d'impact sur Kim l'agité, qui continue ses provocations et ses injures... La Corée du Nord veut un dialogue direct avec les USA et fera tout son possible pour l'obtenir, pour affirmer sa puissance nucléaire régionale et la faire reconnaitre... A moyen terme, une fois ce statut validé, Kim la marionnette chinoise, tentera certainement de réunifier la Corée du Sud à sa dictature stalinienne, pour ne former qu'une seule Corée rebaptisée "République Démocratique de Corée" comme l'a fait le Vietnam... Il faut siffler la fin de cette partie hyper dangereuse, et de trouver une formule qui permette à chacun de sortir par le haut... Même Poutine commence à prendre du recul avec Kim l'agité... Plus les sanctions inefficaces de l'ONU et le jeu cynique chinois continueront, et plus les tensions et provocations augmenteront... Le Japon n'acceptera jamais d'avoir comme voisin proche, un fou furieux qui menacera l'équilibre régional à la moindre occasion... Les Iraniens doivent suivre de très près cette tension nucléaire pour en tirer les leçons et agir le moment venu...

Jamais la Corée du Nord n’a attaqué un seul de ses voisins. A l’inverse des usa. Qui est le plus agité ? Qui a déjà utilisé sa bombe atomique sur des civils ?

A "anonymous"... Pourquoi n'osez-vous pas écrire sous un pseudo ??? Ainsi selon vous, la Corée du Nord n'a jamais attaqué un voisin ??? Savez-vous qu'il y a peu de temps, elle avait balancé à plusieurs reprises, des missiles sur la Corée du Sud et avait provoqué des dégâts parmi les civils et leurs habitations ??? Il est plus sage de vérifier ses infos avant de les balancer, il y a assez de désinformation autour de nous, pour supporter en plus, ces inepties sans fondement... Relisez bien l'histoire de la dernière guerre mondiale, et peut-être que vous comprendrez les raisons pour lesquelles les USA ont lancé une bombe atomique sur Hiroshima et une autre sur Nagasaki... Avez-vous entendu parler de Pearl Harbour ??? Sur deux lignes que vous avez rédigées, il y a deux contre-vérités énormes, renseignez-vous et informez-vous avant d'écrire n'importe quoi, ou alors, apportez des preuves à vos affirmations erronées...

8Article précédentLe Département d'Etat US se distance des propos de son ambassadeur en Israël
8Article suivantLa Norvège accepte d'accueillir le lanceur d'alertes israélien Mordehaï Vanunu