Quantcast i24NEWS - Direction de l'Unesco: France et Qatar en tête, à égalité

Direction de l'Unesco: France et Qatar en tête, à égalité

Le logo de l'Unesco
BERTRAND GUAY (AFP)
Ce choix sera ensuite soumis à l'approbation de la conférence générale des 195 États membres le 10 novembre

Les candidats du Qatar et de la France sont arrivés en tête et à égalité mercredi à l'issue du troisième tour de scrutin pour l'élection du prochain directeur général de l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture.

Alors que cinq candidats restent en lice, après le retrait mercredi du représentant du Vietnam, Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari, 69 ans, et Audrey Azoulay, 45 ans, ont chacun recueilli 18 des 58 voix du conseil exécutif de l'Unesco, selon les résultats officiels.


L'ancienne ministre française de la Culture, 13 voix la veille, a ainsi comblé l'écart sur M. Al-Kawari, également ancien ministre de la Culture, conseiller depuis 2016 au palais royal, qui faisait la course en tête depuis lundi et avait obtenu 20 voix mardi lors du deuxième tour de l'élection.

En troisième position, l'Égyptienne Moushira Khattab, née en 1944, ancienne ministre et ambassadrice, militante des droits de l'homme, a gagné un suffrage par rapport à la veille, avec 13 votes en sa faveur.

Pour leur part, les représentants de la Chine Tang Qian et du Liban Vera El Khoury Lacoeuilhe ont respectivement recueilli 5 et 4 voix.

Le conseil exécutif de 58 pays membres doit désigner celui ou celle qui succèdera à la Bulgare Irina Bokova, qui achève deux mandats marqués par des dissensions politiques et les difficultés financières de l'organisation. 

Il vote chaque jour depuis lundi, à l'issue de sa journée de travaux. Jusqu'à quatre tours de scrutin peuvent être organisés si aucun candidat n'atteint la majorité absolue. Si un cinquième vote devait être organisé, il porterait alors sur les deux arrivés en tête au 4e tour.

Ce choix sera ensuite soumis à l'approbation de la conférence générale des 195 États membres le 10 novembre.

Les candidats ont mené une campagne intense ces derniers mois pour gagner des promesses de vote auprès des 58 membres du conseil. 

La plupart des candidats initialement en piste, notamment les trois du peloton de tête, ont promu des thèmes communs: une approche multilatérale des problèmes, un besoin de réformes, l'accent à mettre sur l'éducation et les apprentissages tout au long de la vie, déjà premier poste budgétaire de l'Unesco.

Les pays arabes ont aussi de leur côté revendiqué fermement la direction générale, pointant que leur groupe n'avait jamais occupé le poste. Néanmoins ils sont arrivés divisés sur la ligne de départ, avec initialement quatre candidatures.  

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(7)
Yes

Ce qui est agréable, c'est qu'on sent bien dans cette histoire que c'est la culture qui est au centre du débat. L'UNESCO devrait recentrer son activité sur les mascarades et carnavals. Là au moins, on pourrait lui trouver une légitimité. Pour cette institution hébergée par la France, je me pose aussi la question du rôle de l'Etat. De combien d'institutions la France devrait elle être le garant? Les droits de l'homme et ses anciennes colonies, la culture et l'Unesco, l'engagement personnel de la France et la Finul et combien d'autres?

Damran

Ben, lorsqu'on se paie des stars du football à des sommes hallucinantes, cette pincée de millions de dollars pour obtenir un poste prestigieux, est une petite friandise que peut s'offrir le Qatar...

Yitshak

100 millions pour gérer l.unesco ? C'est pas cher :) On dirait qu'il y a des corrompus qui reçoivent des pots de vins, tres étrange tout ca et synonyme de mauvais présage surtout.

Pantalonnade !

Larrydelux

On peut supposer que le Qatar va acheter tout le monde pour arrivée à ses fin...

une blague la france ou le Quatar du pareil au même ....

Gideon

Quelle rigolade cette mascarade...!!

8Article précédentVisas: entretien téléphonique entre les chefs de la diplomatie turc et américain
8Article suivantL'ancien Premier ministre israélien exhorte Trump à certifier l'accord iranien