Quantcast i24NEWS - La Française Audrey Azoulay élue directrice générale de l'Unesco

La Française Audrey Azoulay élue directrice générale de l'Unesco

L'ancienne ministre française de la Culture, Audrey Azoulay, candidate à la présidence de l'Unesco, le 23 mai 2017 au festival de Cannes
Anne-Christine POUJOULAT (AFP)
Ce choix doit être encore validé par la conférence générale des Etats membres le 10 novembre

Femme de gauche marquée par une enfance franco-marocaine où les livres abondaient, spécialiste du cinéma, la Française Audrey Azoulay, élue vendredi directrice générale de l'Unesco, a été ministre socialiste de la Culture en France pendant un peu plus d'un an, jusqu'en mai 2017.

Elle avait déposé sa candidature à la tête de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture in extremis, en mars dernier, en faisant valoir que "la France était très légitime sur la culture, l'éducation, les sciences". 

Pendant sa campagne, elle s'est plu à citer l'homme d'Etat français et figure du socialisme Léon Blum (1872-1950), selon lequel l'Unesco devait être "la conscience des Nations unies".

Mais elle ne s'était consacrée entièrement à l'élection à venir pour la direction générale de l'agence onusienne qu'après avoir quitté son ministère, à la suite de la victoire à l'élection présidentielle d'Emmanuel Macron en mai.

Audrey Azoulay avait été désignée ministre en février 2016. Une nomination surprise car cette proche du président d'alors, François Hollande, était peu connue du grand public et sans expérience politique.

Thomas SAMSON (AFP)

Mme Azoulay est née le 4 août 1972 à Paris, dans une famille juive marocaine, originaire d'Essaouira. Son père est le banquier et homme politique André Azoulay, conseiller de l'actuel roi du Maroc comme il l'avait été de son père Hassan II. Sa mère est la femme de lettres Katia Brami. Une famille baignant dans la culture du livre et des débats.

Elle peut se targuer d'un CV bien rempli : ancienne élève de l'Ecole nationale d'administration, qui forme les élites françaises, maîtrises de gestion à l'université Paris Dauphine et à l'université britannique de Lancaster, Sciences-Po à Paris. Elle a travaillé durant ses études dans le secteur bancaire, expérience qu'elle dit avoir "détesté". Elle a ensuite été magistrate à la Cour des comptes après avoir occupé plusieurs fonctions à la Direction des médias du ministère de la Culture. 

Elle est entrée au Centre national du cinéma (CNC) comme directrice financière en 2006, avant de devenir, de 2011 à 2014, la numéro deux de cet organisme en charge du système d'aide à la création cinématographique. 

Exception culturelle

"C'est une femme brillante et passionnée, une amie des artistes et de la création", avait commenté en 2014 la présidente du CNC, Frédérique Bredin.

"Ce qui m'a construite le plus professionnellement, c'est le cinéma", disait Audrey Azoulay, qui a sans cesse défendu l'exception culturelle française face à la puissance américaine.

Passant pour avoir un tempérament énergique et enjoué, elle a été nommée en août 2014 conseillère de François Hollande chargée de la Culture et de la Communication.

Elle a épaulé le président sur les dossiers comme la protection des droits sur Internet, l'accompagnant lors de ses sorties culturelles.

Elle n'aura passé que peu de temps au ministère de la Culture, faisant essentiellement campagne pour le bilan culturel de M. Hollande, réussissant toutefois à obtenir du chef de l’État une rallonge de son budget en septembre 2016, alors qu’il avait été largement sabré les années précédentes.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(12)
goliat

N oublions pas que c est une femme de gauche et la gauche de La France a toujours été côté arabe

Yes

Indépendamment de ses attaches, elle est au service de la France et on sait comment vote la France. On ne lui demande pas d'être pro Israël mais de se battre pour la diversité culturelle, pour la conservation des biens culturels et pour la vérité fondée sur les faits historiques. Euhhh, en fait, ça veut dire pro Israël tout ça :-)

Moderator

shavua tov! Je l avais présumé!

Yitshak

Je reste perplexe par rapport a sa politique vis a vis d'israel concernant la judee samarie. Heureusement que l'ONU n'a pas de pouvoir de décision ni d'armée ni de pouvoir supra étatique. Autrement dit ça revient a pisser dans un violon vu que cette organisation n'a qu'une simple valeur symbolique et encore maintenant que les USA et israel se sont retirés je ne sais pas a quoi sert cette "institutions"

Maïmoun

Je vous recommande la biographie de George Mandel c’est très intéressant

Il convient tout de même de se méfier d’elle. L’épisode des votes récents et scandaleux anti-israéliens prouve que même le gouvernement français s’est conduit de façon pleutre et servile. J’attends donc de cette femme de réelles preuves de sympathie envers le peuple juif. Et très rapidement...

SOVLANI

C'est grâce aux voix des pays Arabes hostiles au Qatar, Egypte en tête, qu'elle a été élue et comme toute la politique Française le prouve par ses actes, elle va être, encore plus, redevable et accepter toutes leurs revendications favorables au peuple inventé!

Anonymous

a supposer qu'elle se considere encore comme juive, quel est son pouvoir reel aà la tête de l'UNESCO ? pour rappel la precedente, bien qu'etant contre les resolutions sur Israel, n'a rien empêché du tout. en clair peut-elle bloquer ou annuler un vote ?

Anonymous

a supposer qu'elle se considere encore comme juive, quel est son pouvoir reel aà la tête de l'UNESCO ? pour rappel la precedente, bien qu'etant contre les resolutions sur Israel, n'a rien empêché du tout. en clair peut-elle bloquer ou annuler un vote ?

pas confiance du tout nous verrons avec le temps

yessongs

mazal tov.

On dirait que la roue tourne!

8Article précédentElection Unesco: la candidate française sera opposée au Qatari au dernier tour
8Article suivantTrump ne certifiera pas l'accord sur le nucléaire iranien