Quantcast i24NEWS - L'affaire des sous-marins: reprise des négociations entre l'Allemagne et Israël

L'affaire des sous-marins: reprise des négociations entre l'Allemagne et Israël

German heavy industry giant ThyssenKrupp (headquarters pictured in Essen) and Indian group Tata have agreed to merge their steel operations in Europe
ROLF VENNENBERND (DPA/AFP/File)
L'Allemagne a toutefois souligné que l'accord n'avait "pas encore été signé"

L'Allemagne a repris les négociations pour la vente de trois sous-marins à Israël malgré une affaire de corruption présumée, ont indiqué vendredi des responsables israéliens.

L'affaire des sous-marins, baptisée dossier 3.000 en Israël, concerne une commande de trois sous-marins et six corvettes de l'Etat hébreu au fabricant naval allemand ThyssenKrupp qui aurait été validée sans appel d'offre et surtout contre de juteuses commissions.

Berlin avait déjà reporté en juillet la signature d'un accord pour la vente de trois appareils Dolphin, après l'arrestation de plusieurs personnes soupçonnées notamment de corruption et de blanchiment d'argent autour de la transaction.

L'enquête, toujours en cours, implique des responsables israéliens de la sécurité ainsi que des collaborateurs locaux de ThyssenKrupp.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a pour l'heure été épargné dans cette enquête, contrairement à certains de ses proches et anciens collaborateurs dont David Shimron, son cousin germain, l’un de ses avocats personnels, et David Sharan, son ancien chef de cabinet.

Vendredi, des responsables israéliens ont annoncé que le gouvernement allemand avait approuvé le texte du mémorandum d'accord.

"Les Allemands ont donné leur feu vert pour l'accord", a déclaré un responsable israélien proche du dossier, sous le couvert de l'anonymat.

Selon lui, l'Allemagne avait exigé que les responsables israéliens impliqués dans le projet soient mis hors de cause avant la signature de l'accord.

Le ministre israélien de la Construction Yoav Gallant a pour sa part "accueilli le feu vert allemand" pour la vente des trois appareils. Ceux-ci porteraient ainsi d'ici 10 ans le nombre total de nouveaux sous-marins à disposition d'Israël à six, a précisé M. Gallant dans un tweet.

L'Allemagne a toutefois souligné que l'accord n'avait "pas encore été signé", et que le texte comprenait une clause d'annulation "si les faits de corruption contre les responsables étaient avérés".

Les sous-marins allemands commandés par Israël sont susceptibles d'être équipés de missiles nucléaires et destinés avant tout à des missions d'espionnage au large des côtes iraniennes ou à des attaques en cas de guerre nucléaire entre les deux pays, selon des experts militaires étrangers.

(avec agences)

Commentaires

(0)
8Article précédentConseil européen: les 28 très "attachés à l'accord sur le nucléaire iranien"
8Article suivantPrès de 60 morts dans deux attentats en Afghanistan