Quantcast i24NEWS - Le bitcoin dépasse le seuil des 16 000 $

Le bitcoin dépasse le seuil des 16 000 $

Des pièces souvenirs de bitcoins photographiés, le 20 novembre 2017
Justin TALLIS (AFP/Archives)
À la mi-octobre, le bitcoin s'échangeait encore à 5 000 dollars

Le cours du bitcoin poursuivait son envolée hier au point de dépasser pour la première fois de son histoire le seuil des 16 000 dollars, à la faveur d'un bond de plus de 50 % en une semaine.

La monnaie virtuelle a atteint un peu plus de 16 000 dollars, son nouveau record historique, selon des données compilées par l'agence Bloomberg.

À la mi-octobre, le bitcoin s'échangeait encore à 5 000 dollars. Sa valeur a été multipliée par 15 depuis le début de l'année, qu'il avait commencée autour de 1 000 dollars, suscitant l'inquiétude des autorités financières et la stupéfaction des analystes de marché, peu habitués à une telle flambée d'un actif.

Cette course au record est nourrie par l'intérêt croissant de grands marchés américains, dont certains s'apprêtent à lancer dans le courant du mois de décembre des contrats à terme de bitcoins, permettant de spéculer sur son évolution. Ces Bourses donnent ainsi une certaine légitimité à cet actif aux yeux de certains acteurs de la finance traditionnelle qui goûtaient peu à ce produit d'un nouveau type jusqu'à présent.

La plateforme boursière américaine Chicago Board Options Exchange (CBOE) va lancer ses produits le 10 décembre et sera suivie quelques jours après par l'américain CME (Chicago Mercantile Exchange), un des plus importants opérateurs boursiers mondiaux.

Ces initiatives ont reçu le feu vert de la puissante autorité de régulation des marchés à terme et des produits dérivés aux États-Unis (CFTC), qui a plus l'habitude de traiter des matières premières. Mais elles suscitent aussi de nombreuses critiques dans le monde de la finance. L'association des Bourses de produits dérivés FIA a ainsi critiqué une décision jugée précipitée et comportant trop de risques.

"Risques et périls"

Comme le nombre de bitcoins pouvant être mis en circulation est limité, tout regain de demande se traduit immédiatement par un bond de sa valeur. Désormais, la capitalisation totale de la cryptomonnaie s'élève à 256 milliards de dollars, loin devant sa concurrente Ethereum, qui pèse 40 milliards de dollars, selon les données du site spécialisé coinmarketcap.com. Le bitcoin vaut désormais plus que nombre de multinationales, comme Coca-Cola, ou que le produit intérieur brut d'un pays comme la Finlande.

Sans existence physique, le bitcoin, qui ne valait que quelques centimes en 2009 lors de son lancement, s'appuie sur un système de paiement de pair à pair basé sur la technologie dite "blockchain" ou "chaîne de blocs".

Il n'a pas de cours légal et n'est pas régi par une banque centrale ou un gouvernement, mais par une vaste communauté d'internautes, et est accepté dans un nombre grandissant de transactions (restaurants, immobilier, etc.).

De nombreux économistes de renom, à l'instar des Prix Nobel Joseph Stiglitz et Jean Tirole, sont montés au créneau ces derniers jours contre la flambée du bitcoin, décrite comme une "bulle spéculative" susceptible d'"imploser".

Les banquiers centraux, maîtres des monnaies traditionnelles et garants de la stabilité financière mondiale, ont quant à eux multiplié les avertissements, à l'image du gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, estimant que ceux qui investissaient dans le bitcoin le faisaient "totalement à leurs risques et périls".

Les autorités françaises de la finance ont notamment martelé que le bitcoin était qualifié "à tort de monnaie virtuelle" en alertant les investisseurs quant aux risques de pertes "très élevés".

L'attrait pour le bitcoin est tel qu'il fait l'objet de convoitises de la part de pirates informatiques. La plateforme NiceHash vient ainsi de se faire dérober pour 60 millions de dollars de bitcoins, selon plusieurs médias.

Commentaires

(0)
8Article précédentJohnny Hallyday sera inhumé lundi sur l'île de Saint-Barthélemy
8Article suivantPyongyang désire des négociations directes avec Washington (Lavrov)