International

Ambulance Magen David Adom
Exclu i24news: la communauté druze proteste contre "l'hospitalisation" de djihadistes syriens en Israël

Des membres de la communauté druze accusent Israël de soigner des membres d'Al-Qaïda et du Front al-Nosra blessés en Syrie et ont manifesté lundi en signe de protestation.

Un communiqué publié par un groupe de militants druzes accuse le gouvernement israélien de soutenir les factions sunnites qui combattent les forces du président syrien Bachar el-Assad en leur donnant la possibilité d'être soignés dans des hôpitaux israéliens.

Les Druzes d'Israël, principalement installés près des frontières du Liban et de la Syrie, soutiennent Bachar el-Assad dans les combats qui l'opposent aux différents groupes rebelles.

"Ce n'est pas la première fois que nous lançons un avertissement et aujourd'hui il est clair qu'Israël soutien les groupes qui luttent contre le régime syrien en fournissant des armes et en soignant leurs blessés, y compris lorsqu'il s'agit de combattants de l'Etat islamique et du Front Al-Nosra", explique le groupe druze dans un communiqué. "Nous appelons les membres de la communauté druze à sanctionner sévèrement la politique de l'Etat d'Israël", poursuit le message.

"Au cours des deux dernières années, l'armée israélienne a fourni une assistance humanitaire et sauvé la vie de blessés syriens, sans tenir compte de leur identité", a affirmé un porte-parole de l'armée israélienne interrogé sur les accusations soulevées par la communauté druze.

Selon le ministère israélien de la Santé, près d'un millier de Syriens ont été soignés dans quatre hôpitaux israéliens depuis le début de la guerre civile en Syrie.

La plupart des blessés pris en charge sont des civils et d'autres servent dans les rangs de l'Armée syrienne libre.

Selon plusieurs sources anonymes contactées à l'hôpital Ziv de Safed au nord d'Israël, des blessés appartenant à des groupes rebelles radicaux sont également hospitalisés sans avoir le droit de recevoir des visiteurs.

Les sources interrogées ont déclaré à i24news que l'animosité entre les différents groupes rebelles est ressentie dans l'hôpital: les blessés refusent de se parler même lorsqu'ils occupent des lits côte à côte.

1 Commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte