International

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou au Congrès juif mondial à Jérusalem, octobre 2015
Israël prévient d’une “ère dangereuse” après la levée des sanctions qui frappent l'Iran depuis des années

L'Iran tente toujours de se doter de l'arme atomique, a accusé samedi le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, après l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire historique conclu entre les grandes puissances et Téhéran.

"Même après avoir signé l'accord nucléaire, l'Iran n'a pas abandonné ses ambitions de se doter d'armes nucléaires et continue à déstabiliser le Moyen-Orient et à répandre la terreur à travers le monde en violant ses engagements internationaux", a indiqué M. Netanyahou dans un communiqué de ses services, avertissant qu'Israël allait "surveiller l'application de l'accord".

Cet accord historique est entré en vigueur samedi après le feu vert de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), entraînant une levée des sanctions économiques qui frappent l'Iran depuis des années.

Lire aussi: Analyse: la levée des sanctions, une épée à double tranchant

Israël, qui est considéré comme le seul pays doté de l'arme nucléaire au Moyen-Orient même s'il ne reconnaît pas en disposer, a farouchement tenté d'empêcher cet accord, affirmant qu'il n'arrêterait pas les ambitions atomiques de Téhéran.

L'Iran a toujours nié vouloir se doter de la bombe nucléaire, tout en revendiquant son droit à exploiter une filière nucléaire complète.

"Les puissances du monde doivent surveiller de près les activités des sites nucléaires de l'Iran et d'autres sites pour s'assurer qu'il ne poursuit pas clandestinement le développement d'armes nucléaires", a déclaré M. Netanyahu.

"Sans réaction appropriée à toute violation, l'Iran va réaliser qu'il peut continuer à développer des armes nucléaires, déstabiliser la région et répandre la terreur", a-t-il ajouté.

Un peu plus tôt, le ministre israélien des Affaires stratégiques, Gilad Erdan, avait averti de l’arrivée “d’une nouvelle ère dangereuse” après la levée des sanctions contre l’Iran dans le cadre de l’accord nucléaire.

“Les sanctions économiques seront levées et l’Iran continuera son programme nucléaire. Il continuera d’armer les groupes terroristes comme le Hezbollah et le Hamas”, a déclaré le ministre israélien à i24News.

Il a ajouté qu’Israël continuera pour sa part de pousser la communauté internationale à ne pas ignorer les violations iraniennes de l’accord afin de ne pas être surpris “comme dans le cas de la Corée du nord”.

L’ancien ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Liberman a déclaré qu’il est “symbolique qu’au moment où les sanctions contre l’Iran sont levées, le régime iranien organise une compétition internationale de dessin humoristique de négation de la Shoah".

“Alors que l’Iran nie l’holocauste, le monde nie les conséquences de l’accord nucléaire qui seront similaires à l’accord avec la Corée du nord”, ajoute Liberman.

La levée de l'intégralité des sanctions sera échelonnée sur dix ans, et durant 15 ans les mesures pourront être automatiquement rétablies en cas de manquements de l'Iran. Les embargos de l'ONU sur les armes conventionnelles et sur les missiles balistiques sont maintenus jusqu'en 2020 et 2023 respectivement.

L'accord de Vienne est aussi considéré comme l'amorce d'une réconciliation entre Washington et Téhéran, plus de 35 ans après la rupture de leurs relations diplomatiques.

Ce possible rapprochement américano-iranien met en rage les alliés traditionnels de l'Amérique dans la région - Arabie saoudite et Israël en tête - qui redoutent l'influence de la puissance chiite.

L'AIEA a cependant établi en décembre que Téhéran avait bel et bien mené jusqu'en 2009 des recherches pour avoir la bombe. Washington a fait valoir que ce constat ne devait pas empêcher d'"aller de l'avant" dans ce dossier.

Tal Shalev, est la correspondante diplomatique d'i24news.

(avec AFP)

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte