Quantcast

Attaque à Ouagadougou: au moins un français tué, enquête antiterroriste ouverte (parquet)

Des gendarmes burkinabés à Ouagadougou, le 13 août 2017
Photo Ahmed OUOBA. AFP
Le président français Emmanuel Macron a condamné "l'attaque terroriste" à Ouagadougou

Au moins une victime française a été identifiée parmi les personnes tuées lors d'une attaque djihadiste d'un café-restaurant de Ouagadougou, entraînant l'ouverture d'une enquête antiterroriste en France, a annoncé lundi le parquet de Paris.

L'enquête de flagrance, habituelle quand des Français sont victimes d'actes terroristes à l'étranger, a été ouverte pour assassinat en lien avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste.

Elle a été confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et à la Direction centrale de la police judiciaire, a précisé le parquet.

Le président français Emmanuel Macron a condamné "l'attaque terroriste" à Ouagadougou, a indiqué lundi l'Elysée, qui a fait selon un bilan provisoire 18 morts et 8 blessés.

Les Français résidant au Burkina Faso et de passage dans le pays sont invités à "éviter le secteur" du restaurant attaqué, a indiqué lundi matin le quai d'Orsay.

Dans un communiqué, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères ajoute que l'"ambassade se tient informée de la situation grâce au contact permanent avec les autorités locales. La France est aux côtés du peuple et des autorités burkinabés dans ce moment douloureux et se tient prête à leur porter assistance".

Le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré a condamné lundi "l'attentat ignoble" contre le café-restaurant Istanbul à Ouagadougou et affirmé que son pays résistera au "terrorisme", dans un message sur Twitter.

"Je condamne avec la plus grande énergie l'attentat ignoble qui a endeuillé Ouagadougou", a commencé Kaboré.

"La lutte contre le terrorisme est un combat de longue haleine. Le Burkina Faso se relèvera de cette épreuve car son vaillant peuple opposera une résistance sans concession au terrorisme", a déclaré le président burkinabé.


Burkina Faso: au moins 17 morts dans une... by i24news-fr

Selon les autorités burkinabés, des terroristes ont attaqué dimanche soir le café-restaurant "Istanbul" dans le centre de la capitale, tirant sur les clients. Les forces de sécurité ont lancé l'assaut contre les assaillants, qui se sont retranchés dans l'établissement.

"Aux environs de 21 heures, une attaque terroriste a touché le restaurant Istanbul sur l'avenue Kwame Nkrumah à Ouagadougou", a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

Deux des terroristes ont été tués lors de l'assaut lancé par les forces d'intervention du Burkina, a-t-on appris de source sécuritaire lundi.

D'après un serveur du restaurant Istanbul, l'attaque a débuté vers 21h30.

"Trois hommes sont arrivés à bord d'un véhicule 4x4 vers 21h30, sont descendus du véhicule et ont ouvert le feu sur les clients assis sur la terrasse" de ce café fréquenté par une clientèle expatriée, a indiqué ce serveur s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Sur une vidéo diffusée sur Twitter, on voit des gens s'enfuir en courant et en criant. Puis dans une séquence suivante, on entend des tirs nourris.


La police a évacué les civils avant l'arrivée de l'armée et de la gendarmerie qui ont tout de suite lancé l'assaut, et les tirs, intenses au début, sont ensuite devenus sporadiques.

Le maire d’Ouagadougou, Armand Béouindé, le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, et le ministre de l'Energie, Alpha Omar Dissa, sont arrivés sur les lieux de l'attaque.

Le restaurant Istanbul est situé à environ 200 mètres du café Cappuccino, qui avait été en janvier 2016 la cible d'une attaque djihadiste sanglante, revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Cette attaque avait fait 30 morts et 71 blessés, en majorité des étrangers.

Le Burkina Faso, petit Etat sahélien d'Afrique de l'Ouest, pauvre et enclavé, a réaffirmé le 18 juillet la nécessité de "lutter contre le terrorisme" avec son voisin la Côte d'Ivoire, également touchée par un attentat djihadiste en 2016.

(avec agence)

Commentaires

(0)
8Article précédentElections kényanes: "nous ne renoncerons pas", avertit l'opposition
8Article suivantBurkina/attaque: au moins 7 Burkinabè et 8 étrangers parmi les victimes