Amérique

Manifestation BDS à Melbourne en Australie en 2010
La Chambre rejette la campagne BDS, "qui encourage la diabolisation et la délégitimation de l'État d'Israël"

Une motion condamnant formellement la campagne de boycott d'Israël a été adoptée lundi au parlement canadien par une majorité de 229 contre 51.

Le texte de la motion, présentée par les conservateurs jeudi dernier, se lit ainsi: "La Chambre rejette la campagne du mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), qui encourage la diabolisation et la délégitimation de l'État d'Israël, et prie le gouvernement de condamner toute tentative de la part d'organismes, de groupes ou de particuliers du Canada de promouvoir le mouvement BDS, ici et à l'étranger", 

La motion a reçu l'appui du Premier ministre Justin Trudeau et de son parti, le parti libéral. Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, avait déjà annoncé lors du débat sur la question jeudi que le gouvernement appuierait la motion même s'il a «des réserves quant à la forme».

«(Les conservateurs) ont fait de l'appui à Israël et à la communauté juive canadienne un enjeu partisan. Cela n'a pas fonctionné pour eux, mais ils semblent n'en avoir tiré aucune leçon. Ils nous reviennent aujourd'hui avec cette motion et nous savons très bien que son but est de créer la division. Personne ne sort gagnant de ce genre d'exercice», avait affirmé le ministre.

Toutefois, certains élus libéraux ont voté contre ou se sont abstenus, démontrant qu'il y avait bel et bien division au sein du caucus.

Le Bloc québécois (parti en faveur de l'indépendance du Québec) et le NDP (gauche) ont voté contre la motion, la considérant une attaque contre la liberté d'expression.

"On somme le gouvernement de condamner des gens d'avoir une opinion et d'en discuter. Ça n'a pas de bon sens", a déclaré le chef du NPD, Thomas Mulcair.

"Manifestement, il y a un malaise", a commenté le chef par intérim du Bloc québécois, Rhéal Fortin, en référence à la division au sein du caucus libéral.

Trudeau a dans le passé déclaré que «le mouvement BDS et la Semaine contre l'apartheid israélien n'ont pas leur place sur les campus canadiens."

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte