Amérique

Anti-Defamation League logo
Le rapport voit un lien entre les supporters de Trump et les attaques des journalistes

Le nombre de tweets antisémites visant des journalistes a explosé aux Etats-Unis depuis le début de la campagne présidentielle, dont une grande partie provient des supporters du candidat républicain Donald Trump, a révélé la Ligue anti-diffamation (ADL) mercredi.

L’ADL indique que près de 2.6 millions de tweets à caractère antisémite ont été adressés à 800 journalistes.

Une journaliste de Politico, Hadas Gold, fait partie des victimes: après avoir émis des critiques contre Trump, elle s’est vue recevoir une image d’elle portant une étoile jaune nazie, avec un impact de balle sur sa tête.

"Ne jouer pas avec notre homme Trump ou vous serez en tête de liste pour les camps (…) Alyah ou en rang sur le mur, vous choisissez", menaçait le texte qui accompagnait la photo selon le Times of Israël.

Un journaliste du New York Times, Jonathan Weisman s'est attiré les foudres des soutiens de Trump en tweettant un article du Washington Post critiquant l’homme d’affaires et intitulé "Voici comment le fascisme arrive en Amérique".

Il a choisi de quitter Twitter après avoir reçu des menaces, des caricatures antisémites et des images évoquant les camps de concentration.

Les attaques contre Weisman sont intervenues au même moment que celle d’une autre journaliste de confession juive, Julia Ioffe.

Après la rédaction d’un article critiquant la femme de Trump, Ioffe a reçu des emails haineux et des menaces de morts. En réponse, la journaliste a quant à elle, décidé de porter plainte.

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte