Quantcast i24NEWS - Donald Trump reçoit Theresa May pour parler post-Brexit

Donald Trump reçoit Theresa May pour parler post-Brexit

La Première ministre britannique Theresa May le 26 janvier 2017 à Philadelphie en Pennsylvanie
Dominick Reuter (AFP)
Theresa May dit vouloir faire valoir à Washington son attachement au libre-échange

La première ministre britannique Theresa May s'est envolée jeudi pour les États-Unis, où elle sera le premier dirigeant étranger à rencontrer vendredi le président américain Donald Trump, afin d'ébaucher la future relation commerciale entre les deux pays.

Alors qu'elle vient d'essuyer un revers avec la décision de la Cour suprême qui la contraint à obtenir l'aval du parlement avant de lancer les négociations du divorce avec l'UE, Theresa May espère une "première visite fructueuse" visant à renforcer la "relation spéciale" qui unit les deux pays, selon une porte-parole de Downing Street.

"Leur première rencontre aura lieu vendredi après-midi. Ils doivent se concentrer en premier lieu sur les questions commerciales, sécuritaires et de santé ainsi que sur un certain nombre de problèmes urgents lié à l'agenda international", a-t-elle ajouté.

La Syrie, la menace terroriste et la Russie doivent ainsi figurer au menu des discussions, tout comme l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, soutenu par Londres mais vivement critiqué par Trump.

La relation jusqu'ici très forte entre Washington et Londres, qui a longtemps considéré faire le lien entre les États-Unis et l'Europe, est à un moment charnière. Londres cherchera à préserver sa position stratégique, en dépit des attaques de Trump contre l'Otan, dont Londres est un des piliers.

Dominick Reuter (AFP)

Face au promesses de protectionnisme répétées à l'envi par Donald Trump, la Première ministre compte, elle aussi, étudier leur future relation commerciale bilatérale sous l'angle "des intérêts du Royaume-Uni et de ce qui est le mieux" pour le pays.

Le futur accord commercial pourrait buter sur plusieurs obstacles, dont la question des tarifs douaniers pour les automobiles britanniques exportées outre-Atlantique.

La cheffe du gouvernement conservateur doit s'envoler jeudi matin pour Philadelphie où elle doit s'exprimer devant des responsables républicains lors de leur congrès annuel.

Elle rejoindra ensuite à Washington où elle doit se rendre au cimetière militaire national d'Arlington avant son entretien à la Maison Blanche.

Theresa May dit vouloir faire valoir à Washington son attachement au libre-échange, mais aussi redire sa préoccupation pour le sort des laissés pour compte de la mondialisation - un électorat qui a pesé dans l'élection de Trump comme dans le vote pour le Brexit.

La dirigeante britannique ne viendra pas les mains vides: elle doit offrir à Donald Trump, dont la mère était écossaise, un Quaich, une coupe traditionnelle écossaise en argent, symbole d'hospitalité et d'amitié. Melania Trump recevra, elle, un panier garni de produits originaires de Chequers, la résidence de campagne des Premiers ministres britanniques, avec notamment du jus de pomme, de la confiture et des biscuits au chocolat blanc. 

Mme May enchaînera avec un déplacement en Turquie.

(avec agence)

Commentaires

(0)
8Article précédentEtats-Unis: Jim Mattis réaffirme son engagement à la sécurité d’Israël
8Article suivantTrump au Pentagone pour amplifier la campagne contre l'EI