Quantcast i24NEWS - USA/Décret: un juge fédéral interdit l'expulsion des personnes interpellées

USA/Décret: un juge fédéral interdit l'expulsion des personnes interpellées

Des dizaines de ressortissants des sept pays concernés ont été arrêtés dans de nombreux aéroports

Un juge fédéral américain a donné partiellement raison samedi soir à des ONG qui contestaient le décret anti-réfugiés signé par Donald Trump, en empêchant l'expulsion des personnes interpellées depuis vendredi en vertu de ce décret.

La juge fédérale de Brooklyn, Ann Donnelly, qui avait été saisie par plusieurs associations de défense des droits de l'homme dont la puissante ACLU, a ordonné aux autorités américaines de ne procéder à aucune expulsion de ressortissants des sept pays musulmans concernés par le décret - Iran, Irak, Yémen, Somalie, Libye, Syrie, Soudan - disposant des papiers les autorisant à entrer aux Etats-Unis.

"C'est une remarquable journée", a déclaré victorieusement le directeur de l'ACLU, Anthony Romero, à sa sortie de l'audition d'urgence.

PAUL J. RICHARDS (AFP)

"Cela montre que quand le président Trump adopte des lois ou des décrets qui sont inconstitutionnels et illégaux, les tribunaux sont là pour défendre les droits de tous", a-t-il ajouté.

Même si l'affaire est loin d'être terminée et qu'une nouvelle audition devrait avoir lieu en février, a précisé l'avocat de l'ACLU Lee Gelernt, "l'important ce soir était que personne ne soit remis dans un avion".

Il a également indiqué que la juge avait ordonné au gouvernement de communiquer la liste de toutes les personnes interpellées dans les aéroports américains depuis vendredi soir.

Des dizaines de ressortissants des sept pays concernés ont été arrêtés dans de nombreux aéroports des Etats-Unis suite à ce décret, sans qu'on connaisse encore leur nombre exact.

En plus de la plainte déposée par les associations, de nombreuses manifestations étaient en cours dans les aéroports pour demander la libération de ces ressortissants, qui disposent pour la plupart de visas en règle voire même parfois de la carte verte, le titre de séjour américain.

De son côté, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a affirmé samedi la volonté de son pays d'accueillir les réfugiés "indépendamment de leur foi".


"A ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre, sachez que le Canada vous accueillera indépendamment de votre foi", a tweeté M. Trudeau.

"La diversité fait notre force #BienvenueAuCanada", a-t-il ajouté.

M. Trudeau n'a pas commenté directement la décision américaine, mais son tweet intervenait au lendemain de la signature du décret par Trump.

Commentaires

(2)

Les restes d'Obama sont toujours la, avec des attentats potentiels. Si un attentat était commis par une des personnes restées, alors long et le Juge devraient être condamnés pour collision avec les ennemis des USA.

Très intéressante cette réaction de ces ONG gauchistes mais, malheureusement, elles qui se disent contre les interdictions d'entrée dans un pays, nous ne les entendons pas se révolter contre tous ces pays qui refusent aux Israéliens et Juifs l"entrée dans leur pays et l'accès à leurs avions! Deux poids deux mesures, c'est vrai que tout ce que nous subissons est normal pour tout le monde occidental mais, il ne faut pas toucher aux autres!

8Article précédentJournée de la Shoah: la Maison Blanche défend l'intervention de Trump
8Article suivantTrump va donner 30 jours à ses généraux pour un plan contre l'EI