Quantcast i24NEWS - Amazon suspend le chef de ses studios accusé de harcèlement sexuel

Amazon suspend le chef de ses studios accusé de harcèlement sexuel

Roy Price, chef d'Amazon Studios, est accusé de harcèlement sexuel
TOMMASO BODDI (AFP/Archives)
Harvey Weinstein, accusé d'agressions sexuelles, est désormais visé par une enquête policière à New York

Amazon a pris la décison jeudi de suspendre le chef de ses studios, lui aussi accusé de harcèlement sexuel par une productrice, après que plusieurs révélations ont été faites au sujet du magnat d'Hollywood Harvey Weinstein.

Le chef d'Amazon Studios Roy Price, accusé par Isa Hackett, productrice pour la série Le maître du haut château (The man in the high castle), d'avances obscènes persistantes, "est en congé avec effet immédiat", a indiqué un porte-parole du géant américain de la distribution en ligne.

Amazon a également annoncé être en train "de réviser nos projets avec la Weinstein Company".

Rose McGowan s'était plainte quant à elle de l'attitude d'Amazon face à ses allégations, publiées sur Twitter - Twitter avait suspendu ses tweets, officiellement parce qu'ils donnaient un numéro de téléphone personnel en soutien aux autres femmes qui auraient été victimes de Weinstein.

Ils n'ont été rétablis que face au flot de menaces de boycott de Twitter par de nombreuses femmes indignées.

JACQUES DEMARTHON (AFP/Archives)

Pour sa part, Harvey Weinstein, accusé d'agressions sexuelles par plusieurs actrices, est désormais visé par une enquête policière à New York ainsi qu'au Royaume-Uni et a été accusé jeudi d'un quatrième viol.

L'actrice Rose McGowan, mentionnée par le New York Times dans l'article qui a mis le feu au poudre, a affirmé qu'elle aussi avait été violée par le producteur.


Affaire Harvey Weinstein : une enquête ouverte by i24news-fr

Ses accusations de viol s'ajoutent à celles de la star italienne Asia Argento, de l'actrice Lucia Evans et d'une autre femme restée anonyme.

Les investigations de la police new-yorkaise se cantonnent pour l'instant à une agression sexuelle présumée remontant à 2004.

L'enquête de la police britannique concerne elle une agression sexuelle qui aurait été commise dans les années 1980 dans la région de Londres.

Licencié par sa propre maison de production

Mais les choses ne devraient pas s'arrêter là, le producteur étant soupçonné d'avoir sévi durant plusieurs décennies, obtenant à chaque fois que c'était possible le silence de ses victimes grâce à des accords de confidentialité grassement payés.

Depuis les premières révélations du New York Times le 5 octobre, le producteur a vu fondre ses soutiens et a même été licencié par sa propre maison de production, The Weinstein Company.

La liste des femmes se disant victimes de ses abus, principalement des mannequins et actrices, parfois débutantes à l'époque, ne cesse de s'allonger: Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie, Judith Godrèche, Katherine Kendall, Emma de Caunes, Cara Delevingne, Ashley Judd, Léa Seydoux, Mira Sorvino, Florence Darel...

Jeudi, c'est la comédienne britannique Kate Beckinsale qui a raconté que Harvey Weinstein lui avait fait des avances dans une chambre d'hôtel, en peignoir, alors qu'elle n'avait que 17 ans.

Le réalisateur américain Oliver Stone lui a quant à lui apporté vendredi un certain soutien. "Je crois (qu'il) faut attendre jusqu'à ce que cela arrive au procès(...) Un homme ne devrait pas être condamné par un système de justiciers", a déclaré M. Stone, estimant que l'industrie du cinéma et le public jugeaient prématurément M. Weinstein.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(0)
8Article précédentLa Californie en flammes secourue par les Etats voisins, 23 morts
8Article suivantFusillade de Vegas: des blessés graves parmi les 45 encore à l'hôpital