Quantcast i24NEWS - USA: le brevet israélien de Teva pour la Copaxone invalidé par une cour d'Appel

USA: le brevet israélien de Teva pour la Copaxone invalidé par une cour d'Appel

Médiacament Copaxone contre la sclérose en plaques
TEVA
Ce traitement contre la sclérose en plaques ets le médicament vedette du groupe israélien

Menahem Kahana (AFP/Archives)Une cour d'Appel américaine a invalidé une nouvelle fois le brevet israélien du géant pharmaceutique israélien Teva sur  pour son médicament vedette Copaxone traitant la sclérose en plaques. ouvrant la voie au lancement d'un générique.

(Teva n'aurait pas réussi à convaincre la cour de la nécessité d'un brevet", estime le tribunal.

Une porte-parole du groupe pharmaceutique israélien a indiqué que sa société "est déterminée à poursuivre par toutes les voies juridiques, y-compris un nouvel appel".

Momenta Pharmaceuticals, qui produit le générique du Copaxone, a réagi à la décision de justice: "nous avons hâte de fournir aux patienst une alternative générique plus abordable pour le traitement de la sclérose en plaques".

C'est la deuxième fois que la cour d'appel rejette le brevet de Teva.

En avril dernier, la requête de Teva de proroger un de ses brevets sur le Coapaxone avait été refusée par l'Office des Brevets des Etats-Unis.

Le Copaxone contribue à lui seul à environ un cinquième des revenus de la société israélienne. Teva, qui est lui-même connu comme le numéro un mondial des médicaments génériques, n'a pas ménagé ses efforts pour protéger son médicament, au coeur d'un différend juridique avec Sandoz sur lequel la Cour Suprême aux Etats-Unis s'est prononcée en janvier.

L'agence américaine des médicaments, la Food and Drug Administration (FDA), a homologué le médicament de Sandoz appelé Glatopa, qui est une version générique en 20 mg du Copaxone, une thérapie développée par Teva, indiquait en avril dernier Novartis dans un communiqué. Sandoz est la filiale du géant bâlois dédiée aux médicaments génériques.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(1)

Un BDS qui n'ose dire son nom. Voilà qui plaira à Obama mais pas aux malades (dont il se moque).

8Article précédentFusillade/Charleston: Obama appelle l'Amérique à changer son regard sur les armes
8Article suivantMexique: 10 morts lors d'une fusillade dans un bar près de Monterrey