Quantcast i24NEWS - Corées: Séoul propose au Nord de relancer le dialogue

Corées: Séoul propose au Nord de relancer le dialogue

The truce village of Panmunjom, which US Vice President Mike Pence is set to visit later, straddles one of the most heavily militarised borders on Earth, where North Korean soldiers stand just metres from their US-backed South Korean counterparts
Ed JONES (AFP/File)
"La Corée du Nord doit répondre à nos propositions sincères si elle vise réellement la paix sur la péninsule"

La Corée du Sud a proposé lundi des discussions avec le Nord afin de faire retomber les tensions sur la péninsule après le tir réussi d'un missile intercontinental par Pyongyang.

Cette offre de dialogue est la première depuis l'arrivée au pouvoir en mai du président Moon Jae-In, perçu comme plus ouvert à la négociation que son prédécesseur.

La Croix-Rouge a également proposé de son côté une rencontre pour tenter de relancer les réunions entre les familles coréennes séparées depuis la Guerre (1950-1953).

Kim Min-Hee (POOL/AFP/Archives)

Le ministère sud-coréen de la Défense a proposé une entrevue vendredi à Panmunjom, le "village de la trêve", à la frontière entre les deux Corées. La Croix-Rouge a proposé que la rencontre sur les réunions de familles se tienne au même endroit le 1er août.

La rencontre proposée par le ministère serait la première réunion intercoréenne officielle depuis décembre 2015. La précédente présidente Park Geun-Hye avait refusé de reprendre langue tant que Pyongyang ne prenait pas de mesure concrète en vue de la dénucléarisation.

"Nous faisons la proposition d'une réunion visant à mettre un terme aux activités hostiles qui font monter la tension militaire le long de la frontière terrestre", a déclaré dans un communiqué le ministère sud-coréen de la Défense.

Réunions de familles

De son côté, la Croix-Rouge a espéré une "réponse positive" du Nord afin d'organiser en octobre une série de réunions de familles qui serait la première en deux ans.

Des millions de personnes ont été séparées pendant la Guerre de Corée qui a entraîné la partition de la péninsule.

Nam Jeong-Bun Agence France-Presse

La majorité sont mortes sans avoir eu la possibilité de se revoir. Le conflit s'est conclu par un armistice plutôt que par un traité de paix et les deux Corées sont toujours techniquement en guerre, si bien que les communications transfrontalières, lettres ou appels téléphoniques, sont interdites.

Les réunions des familles avaient véritablement commencé après un sommet historique Nord/Sud en 2000. A l'origine, il y avait une rencontre par an mais les tensions qui surgissent régulièrement dans la péninsule avaient eu raison de ce rythme. Plusieurs réunions ont été annulées par la Corée du Nord à la dernière minute.

"La Corée du Nord doit répondre à nos propositions sincères si elle vise réellement la paix sur la péninsule coréenne", a déclaré aux journalistes Cho Myoung-Gyon, ministre sud-coréen de l'Unification.

Il a précisé que Séoul ne "visait pas l'effondrement du Nord ou l'unification au travers d'une absorption du Nord", et exhorté Pyongyang à rétablir les canaux de communication intercoréens.

M. Moon a été élu en promettant de tendre la main au Nord. Mais cette stratégie a pour l'instant été douchée par l'accélération des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(0)
8Article précédentChine: Liu Xiaobo sans sépulture, ses cendres dispersées en mer
8Article suivantLa Chine accueillera cette année un symposium israélo-palestinien