Quantcast i24NEWS - Guterres demande à Aung San Suu Kyi le retour des Rohingyas

Guterres demande à Aung San Suu Kyi le retour des Rohingyas

UN Secretary General Antonio Guterres (C), seen here during a recent visit to Bangassou, a notorious hotspot in Central African Republic's bloody conflict, is urging an increase in the size of the UN peacekeeping force in the country
ALEXIS HUGUET (AFP/File)
Cette rencontre est venue renforcer la pression internationale sur la prix Nobel de la paix

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a exhorté mardi aux Philippines la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi à permettre le retour dans son pays des centaines de milliers de Rohingyas réfugiés au Bangladesh, a annoncé son bureau.

Cette rencontre, tôt mardi matin, en marge d'un sommet régional dans la capitale philippine est venue renforcer la pression internationale sur la prix Nobel de la paix, qui a également rencontré dans la matinée le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, qui se rend mercredi en Birmanie.

"Le secrétaire général a souligné que des efforts accrus pour permettre un accès humanitaire, des retours volontaires et continus dans la sécurité et la dignité, ainsi qu'une vraie réconciliation entre communautés seraient essentiels", a annoncé l'ONU dans un communiqué résumant la teneur des propos du diplomate portugais.

Tauseef MUSTAFA (AFP)

Plus de 600.000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh en deux mois et demi.

Au nom du combat contre des rebelles rohingyas, l'armée birmane mène depuis fin août une campagne militaire dans l'Etat Rakhine, dans l'ouest du pays, poussant à l'exode les membres de la plus grande population apatride du monde. L'ONU dénonce une opération d'"épuration ethnique".

Ancienne icône du combat pour la démocratie, Aung San Suu Kyi a essuyé les foudres des organisations de défense des droits de l'Homme pour ne pas avoir défendu les Rohingyas ou condamné l'extrémisme antimusulman dans son pays.

KHINE HTOO MRATT (AFP)

Depuis le début de la crise, les Etats-Unis prennent soin de ne pas blâmer Aung San Suu Kyi, faisant la distinction entre le gouvernement civil de la prix Nobel de la paix et les militaires responsables des campagnes contre les Rohingyas.

Lors du sommet de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est lundi soir, M. Guterres avait déjà évoqué le sort des Rohingyas, affirmant que le déplacement de centaines de milliers de membres de cette minorité était une "escalade préoccupante dans une tragédie prolongée", selon un communiqué de l'ONU.

A lire aussi:

Des survivants rohingyas racontent un massacre en Birmanie

Crise des Rohingyas: attaque et accident compliquent l'aide humanitaire

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(3)

Il Ferait mieux de se mêler de ses affaires au Portugal. La Birmanie ne veut pas se laisser islamiser. Soutien total à la dirigeante Birmane ! L'ONU n'a pas pour mission de défaire les pays et leur culture.

Gedeon quel animosites quand hitler vous gazait nous musulmans on vous sauvait.

Pourquoi personne ne dit rien en france de ce massacre ils sont où les insoumis et les indigènes

8Article précédentIndonésie: un musée propose des selfies avec Hitler, Auschwitz en toile de fond
8Article suivantTrump mérite la mort pour avoir insulté Kim, estime Pyongyang