Europe

Police stand as they secure the area around a police building in the southern Belgian city of Charleroi following a machete attack on August 6, 2016
Un des assaillants avait été abattu par la police après l'attaque à la machette des policières à Charleroi

Un homme et une femme ont été inculpés pour des faits de terrorisme jeudi en Belgique dans l'enquête  sur une attaque contre deux policières revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), a indiqué le parquet fédéral.

L'assaillant, un Algérien de 33 ans, avait été abattu par la police après l'attaque à la machette des policières à Charleroi (sud de la Belgique) en août dernier.

Dans le cadre de l'enquête, six personnes avaient été interpellées mercredi à l'issue de huit perquisitions menées à Charleroi et dans sa région, au cours desquelles des machettes avaient été saisies.

Le juge d'instruction spécialisé en matière de terrorisme chargé du dossier a décidé de placer deux des suspects en détention provisoire, selon un communiqué du parquet.

Il s'agit de "Sabrina Z., née le 17 juin 1980, et de Farid L., né le 21 novembre 1979", qui ont "tous deux été inculpés de participation aux activités d'un groupe terroriste et de tentative d'assassinat dans un contexte terroriste", a précisé le parquet.

La garde à vue d'une troisième personne a été prolongée de 24 heures et le juge d'instruction décidera plus tard dans la journée de son éventuel maintien en détention, selon la même source. Quant aux trois autres personnes interpellées mercredi, elles ont été remises en liberté "après audition approfondie".

Le parquet s'est refusé à préciser à ce stade le rôle qu'auraient joué les suspects dans l'attaque ou leurs liens avec son auteur.

Le 6 août, un homme identifié comme "K.B.", un Algérien vivant en Belgique depuis 2012, avait attaqué les deux policières devant l'hôtel de police de Charleroi aux cris de "Allah Akbar", les blessant au visage et au cou, avant d'être abattu par une troisième policière. Il est décédé plus tard à l'hôpital.

L'Etat islamique avait revendiqué l'attaque le lendemain, expliquant que l'assaillant était un "soldat de l'EI qui a mené cette opération en réponse aux appels pour attaquer la population des pays de la coalition croisée".

Membre de la coalition internationale qui combat l'EI en Irak et en Syrie, la Belgique a été la cible d'un double attentat qui a fait 32 morts le 22 mars à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles.

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte