Europe

François Hollande et Manuel Valls à la sortie du conseil des ministres le 30 novembre 2016 à Paris
Deux questions se posent: quand doit-il déclarer sa candidature ? Et doit-il aussitôt quitter Matignon ?

Après le coup de tonnerre du renoncement de François Hollande à briguer un second mandat, les regards sont braqués vendredi sur Manuel Valls, qui va vite devoir officialiser sa candidature à la primaire d'une gauche en miettes.

Le Premier ministre est en déplacement presque toute la journée à Nancy, alors que le président de la République s'envole pour les Emirats arabes unis pour une conférence internationale.

"Sans moi", "La Fin", "Au revoir, président", "Hollande capitule" titrait la presse au lendemain de ce scénario inédit sous la Ve République: un chef de l'Etat renonçant à se représenter. Avec cette phrase prononcée d'une voix blanche: "Aussi, j'ai décidé de ne pas être candidat à l'élection présidentielle".

Guillaume Horcajuelo (Pool/AFP/File)

Deux questions se posent désormais pour Manuel Valls, héritier putatif: quand se déclarer avant la date-butoir pour les inscriptions à la primaire de la gauche, le 15 décembre? Et doit-il aussitôt quitter Matignon ?

Il est peu probable qu'un comité interministériel sur le handicap en Lorraine fournisse le théâtre adéquat, de surcroît si peu de temps après la "mort" politique de François Hollande, à laquelle le Premier ministre n'est pas étranger.

Samedi, le Premier ministre doit, en principe, s'exprimer devant la "Belle alliance populaire" en meeting à Paris à l'appel du PS. Mais une déclaration personnelle à cette occasion risque de voir la direction du PS s'attirer les foudres des candidats déclarés à la primaire, comme Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon.

A l'Elysée, le président a fait sa déclaration de renonciation sans dire qu'il soutenait son Premier ministre, ni même le citer. Mais les deux hommes se sont parlé à deux reprises, avant et après l'annonce, selon l'entourage de M. Valls.

'Choix d'un homme d'Etat', selon Valls

Avec la voie désormais libre pour une candidature, le Premier ministre devrait poursuivre son entreprise de rassemblement, entamée depuis plusieurs semaines. Souvent clivant dans son camp, M. Valls s'est efforcé d'arrondir les angles pour peaufiner son profil de présidentiable.

Mais il hérite d'une position guère plus enviable, à en croire les sondages réalisés avant l'abandon de M. Hollande: il est crédité de 9% à 11% seulement d'intentions de vote, selon de récents sondages. Lui aussi derrière son ex-ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, et le candidat de la gauche de la gauche, Jean-Luc Mélenchon.

Côté réacactions au Front national, le bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, a déjà ciblé MM. Fillon et Valls, "doublures" de leurs présidents Sarkozy et Hollande: "deux présidents de la République hors course en deux semaines. A quoi cela servirait-il de faire courir leurs doublures, leurs seconds ?", a-t-il lancé sur Twitter.

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte