Quantcast

La nouvelle direction collégiale du PS se réunit pour la première fois

Le changement, c'est maintenant! Réuni en Conseil national samedi, le Parti socialiste va se doter d'une nouvelle direction collégiale d'une quinzaine de membres, placée sous le signe du renouvellement, et dont devraient être absents les proches de Benoît
GEOFFROY VAN DER HASSELT (AFP/Archives)
La feuille de route finalisée sera soumise au vote des militants fin septembre, a précisé Rachid Temal

Feuille de route de la refondation, ligne politique, finances... La nouvelle direction collégiale provisoire du PS s'est réunie pour la première fois lundi, avec sur sa table des sujets multiples, qui devront être tranchés dans la "bienveillance", selon les participants.

Une vingtaine de membres de la direction et des collectifs associés (28 personnes en tout) se sont retrouvés peu après 15H00 au siège du PS, rue de Solférino à Paris, pour une photo de famille puis une réunion de travail.

Parmi eux: Rachid Temal, bras droit de l'actuel premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, Olivier Faure, le président du groupe "Nouvelle Gauche" à l'Assemblée, l'ancien ministre de l'Intérieur Matthias Fekl, ou les anciens frondeurs François Kalfon et Régis Juanico.

Cette direction doit notamment se pencher sur la feuille de route de la refondation du PS, jusqu'au congrès, qui pourrait se tenir au printemps 2018.

JACQUES DEMARTHON (AFP)

Rachid Temal va notamment proposer à ses camarades l'organisation cet été d'une grande consultation électronique, auprès des 600.000 militants et sympathisants du parti.

Elle devrait nourrir la réflexion de la direction, qui se retrouvera en séminaire le dernier week-end d'août, avec les parlementaires, les secrétaires nationaux, les premiers fédéraux.

La feuille de route ainsi finalisée sera soumise au vote des militants fin septembre, a précisé M. Temal.

La réunion de lundi doit également permettre de "travailler sur les assises de la gauche démocratique", qui devraient avoir lieu au mois d'octobre.

Pour François Kalfon, ancien directeur de campagne d'Arnaud Montebourg, la "bienveillance" est le maître mot qui doit présider aux discussions de la nouvelle direction d'un parti qui n'a cessé de se déchirer durant le quinquennat de François Hollande.

"La guerre entre les légitimistes et les frondeurs est derrière nous (...) Puisque la clarté est en passe d'être obtenue sur la ligne, nous devons faire preuve de cohésion", a affirmé M. Kalfon, se félicitant que l'ensemble du groupe "Nouvelle Gauche" ait voté contre le projet de loi autorisant le gouvernement à modifier par ordonnances le code du travail.

Commentaires

(0)
8Article précédent"La France rappelle le soutien indéfectible à la sécurité d’Israël" (Macron)
8Article suivantLe Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou arrive en Hongrie