Quantcast i24NEWS - Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou arrive en Hongrie

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou arrive en Hongrie

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, le Premier ministre hongrois Viktor Orban
montage photos afp
Ce dernier peut s'attendre à trouver "une oreille favorable" auprès des gouvernements d'Europe de l'est.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou est arrivé lundi en Hongrie pour une visite historique dont Viktor Orban espère tirer profit pour contrer les critiques dénonçant un antisémitisme latent dans sa croisade contre le milliardaire George Soros.

Benyamin Netanyahou rencontrera son homologue hongrois à partir de mardi pour la première visite d'un dirigeant israélien en Hongrie depuis la chute du communisme en 1989.

Mercredi, les Premiers ministres tchèque, slovaque et polonais se joindront aux discussions dans la capitale hongroise, présentant au Premier ministre israélien un front de pays unis contre la politique d'immigration de l'Union européenne et bien disposés envers le président américain Donald Trump, comme l'est Benyamin Netanyahou.

Ce dernier peut s'attendre à trouver "une oreille favorable" auprès de ces gouvernements d'Europe de l'est "plutôt homogènes dans leur opposition aux flux migratoires et leur peur de l'extrémisme islamiste", a indiqué Raphael Vago, spécialiste de cette région à l'université de Tel Aviv.

La visite de Benyamin Netanyahou en Hongrie a été précédée d'une vive polémique avec la communauté juive de ce pays, forte d'environ 100.000 personnes, l'une des plus importantes d'Europe.

Cette dernière a reproché au gouvernement de droite conservatrice de Viktor Orban d'attiser l'antisémitisme avec le nouveau volet de sa campagne contre George Soros, américain d'origine juive hongroise, dont le visage mi-rieur, mi-grimaçant a été placardé pendant quinze jours dans tout le pays, pour dénoncer son action supposée en faveur de l'immigration.

"La visite de Benyamin Netanyahou peut aider Orban car elle donne du crédit à ses dénégations selon lesquelles la campagne contre Soros n'est pas antisémite", a expliqué l'analyste politique hongrois Csaba Toth.

Viktor Orban a désigné l'homme d'affaires comme le principal ennemi de la Hongrie et lancé depuis le début de l'année une série d'actions et de messages visant à le discréditer.

Soros promeut, aux yeux de ses supporters, une société libérale et progressiste en soutenant de nombreuses ONG tandis qu'il est considéré par ses opposants comme un agitateur cherchant à déstabiliser des gouvernements à coups de milliards.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(0)
8Article précédentLa nouvelle direction collégiale du PS se réunit pour la première fois
8Article suivantLa préfecture de police de Paris veut renforcer la sécurité des touristes