Quantcast i24NEWS - Douze intellectuels saluent la lutte contre l'antisémitisme et l'antisionisme

Douze intellectuels saluent la lutte contre l'antisémitisme et l'antisionisme

BDS supporters, London 2009
claudia gabriela marques vieira/ Wikipedia
"L'antisionisme contribue à la subversion des institutions internationales", écrivent les signataires

Douze intellectuels français ont salué lundi dans une tribune publiée sur le site du Figaro la résolution adoptée en juin dernier par le Parlement européen en faveur de la lutte contre l'antisémitisme et l'antisionisme, laquelle inclut dans la définition de l'antisémitisme "le ciblage de l'État d'Israël".

"Depuis plusieurs décennies, l'antisionisme est la forme mutante de l'antisémitisme, il en est la dernière expression historique. En raison de cet état de fait, le Parlement européen a raison d'inclure dans sa définition de l'antisémitisme, l'expression de l'hostilité structurée et systématique à l'égard de l'État d'Israël", peut-on lire dans la tribune.

"Cette hostilité discrimine non seulement tous les habitants d'un pays, mais encore expose à la violence toute personne qui témoigne d'un lien affectif ou culturel avec ce pays", continuent les signataires.

Et d'ajouter: "l'initiative louable du Parlement européen a le mérite d'actualiser la définition de la haine doctrinale des Juifs, qu'ils soient citoyens des pays de la Diaspora, ou citoyens de l'État d'Israël".

En effet, les eurodéputés ont exhorté le 1er juin les pays membre de l'UE à engager des "actions plus nombreuses et plus sévères" à l'encontre de l'antisémitisme, dans une résolution votée à Bruxelles.

"Tous les Etats membres doivent prendre les mesures nécessaires pour garantir la sécurité de leurs citoyens juifs", ont demandé les députés.

En finir avec "la lecture unilatérale du conflit palestino-israélien"

Les douze intellectuels soulignent par ailleurs que la résolution adoptée par le Parlement européen "marque une évolution salutaire" dans la prévention des différentes formes de la judéophobie, que celles-ci concernent l'antisémitisme dirigée contre les personnes ou encore l'antisionisme "compris comme nouvelle forme de discrimination collective", sous prétexte de "critique du gouvernement israélien''.

"Nous pensons que cette évolution permet d'en finir avec le clivage pervers d'une pseudo-critique politique qui consiste d'un côté à sanctuariser les 'Juifs', par définition survivants du génocide hitlérien, et de l'autre côté, à diaboliser l'État d'Israël et ses sympathisants, sous prétexte d'une 'critique de la politique de son gouvernement'", écrivent-ils.

D'autre part, les signataires insistent pour dire que "nous pensons que cette évolution permet d'en finir avec la lecture unilatérale du conflit palestino-israélien, en ouvrant le spectre de la critique sur les responsabilités historiques du mouvement national palestinien, de ses dirigeants et de ses sympathisants".

ABBAS MOMANI (AFP)

En outre, ces derniers rappellent que "ce sont les Palestiniens qui ont refusé le partage de la Palestine mandataire en deux États, l'un juif l'autre arabe, en 1947".

Mais également que "c'est le Fatah palestinien qui a inventé le terrorisme international, à la fin des années 60" ou encore que "depuis le milieu des années 2000, c'est l'Autorité Palestinienne qui refuse de reconnaître le caractère juif de l'État d'Israël".

"Depuis son entrée en diplomatie, c'est l'Autorité Palestinienne qui cultive le double discours, encourage l'assassinat de civils, et sanctifie les assassins en persistant à rétribuer leurs familles", font remarquer les intellectuels.

Le texte finit par conclure que c'est précisément cet antisionisme qui contribue à la "subversion des institutions internationales", qui relaye dans le monde "une propagande haineuse et simpliste" et qui appelle illégalement au boycott d'Israël.

Le groupe des Socialistes et démocrates, le deuxième plus important au sein du Parlement européen, avait salué l'adoption de la résolution.

Il avait toutefois précisé dans un communiqué qu'il n'avait pas soutenu des passages "qui pouvaient laisser croire que critiquer la politique illégale du gouvernement israélien en matière de colonies dans le territoire palestinien relevait de l'antisémitisme".

Liste des signataires:

Pascal Brückner, journaliste et écrivain

Gilles Clavreul, ancien délégué à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT

Denis Jeambar, journaliste et écrivain

Serge Klarsfeld, avocat et historien

Marc Knobel, historien et essayiste

Joël Kotek, professeur à l'université libre de Bruxelles

Eric Marty, écrivain et universitaire

Simone Rodan, politologue

Georges-Elia Sarfati, Professeur des Universités

Pierre-André Taguieff, philosophe et historien des idées

Jacques Tarnero, essayiste et documentariste

Stéphane Wahnich, professeur associé à l'UPEC

Commentaires

(7)

Douze est un bon chiffre. Un rayon de soleil qui perce la brume dense. Alors que nous avons allumé la télé et que nous écoutions un peu les infos, ma soeur a fait une juste réflexion. Elle a dit : comment a-t-il pu faire ça? Il devait être drogué". Ils doivent les droguer pour leur donner de l élan. Parce qu' à 19 ans, un maigrichon ne peut pas avoir la force de faire ça. Il n y a pas d autres alternatives. Elle a raison. Daech drogue bien les combattants..ceux du Bataclan devaient l être autant. L attaque a été violente, sauvage, effroyable.

Est-ce que les jeunes sont "motivés" physiquement pour devenir incontrôlable?

cela fait prés de 50 ans que les médias Français nous ont fait croire que la souffrance dans les banlieues françaises avait pour origine le conflit israelo-palestinien.........maintenant le monde a compris, le malaise dans les banlieues n'a rien avoir avec ce conflit et bien au contraire aucun musulman n'est parti faire le djihad contre Israël par contre ils sont des milliers à partir faire le djihad en Syrie..........

Quel bonheur de lire ces lignes! Merci. Contre les juifs et Israël: lecture unilatérale va de pair avec silence unilatéral... "Qui ne dit rien consent"

Tout simplement MERCI à ces signataires pour leur courage et pour oser dire la vérité !

Douze intellectuels ? Non je ne crois pas ... douze juifs. C tout. Qui ne disent des choses qui n'engagent qu'eux. Les sentiments antisémites dans le monde sont les réactions de la politique israélienne a l'égard des arabes.

Depuis l'invention du palestinien l'autorité palestinienne empoche des millions d'euros sur le dos des réfugiés Comment faire la paix et se passer de cette manne européenne. Les musulmans de tout bord s'acharnent sur Israel, mais une seule critique sur la Russie la Chine le Japon les États Unis l'Europe ect car le retour du bâton fait tres mal Donc on attaque celui qui ne peux se défendre verbalement Il n'a pas les mêmes valeurs.

8Article précédentSaint-Etienne-du-Rouvray: Macron assistera à l'hommage au père Hamel mercredi
8Article suivantAssemblée: vifs débats sur les projets de loi de confiance dans la vie publique