Quantcast i24NEWS - Découverte de 50 pierres tombales juives sur le site du massacre de Babi Yar

Découverte de 50 pierres tombales juives sur le site du massacre de Babi Yar

Le monument de commémoration du massacre de Babi Yar, une Ménorah, le 23 september 2016
SERGEI SUPINSKY (AFP/Archives)
Le site de Babi Yar a été jusqu'en 1943 le théâtre d'exécutions massives

Des chercheurs ont indiqué vendredi avoir découvert 50 pierres tombales juives jetées dans un ravin par les nazis à proximité du site de Babi Yar en Ukraine où plus de 150.000 personnes, dont 50.000 juifs, ont été assassinées durant la Seconde guerre mondiale, rapporte le JTA.

"Les pierres tombales ont été retirées d'un cimetière juif local pendant la Shoah et jetées dans les mêmes ravins où plus de 150.000 Juifs, Roms et Ukrainiens ont été assassinés", a déclaré Marek Siwiec, ancien politicien polonais et actuel chef du centre commémoratif de Babi Yar.

"La signification de Babi Yar est d'une importance capitale. C'est sur ce site terriblement difficile que le plus grand assassinat de masse de Juifs a eu lieu pendant l'Holocauste. 37.771 personnes ont été brutalement assassinées en l’espace de deux jours. Il est de notre devoir, non seulement de se souvenir de ce site, mais aussi d'apprendre de ces jours les plus sombres de l'histoire humaine pour bâtir un avenir meilleur ", a conclu Siwiec.

D'autres pierres tombales juives ont été retrouvées dans le ravin, mais elles nécessitent encore certaines précautions pour être extraites intactes.

Le ravin de Babi Yar a été jusqu'en 1943 le théâtre d'exécutions massives. Le carnage des 29 et 30 septembre 1941 a été révélé lors des grands procès de Nuremberg (sud de l'Allemagne) après la guerre, mais l'URSS, dont l'Ukraine faisait partie, a toujours cherché à minimiser le drame pour ne pas avoir à admettre que les victimes étaient juives. Pendant des décennies, les rassemblements de commémoration int été interdits sur le site.

En 1976, un monument a été installé sur le site, et rend hommage aux "citoyens et prisonniers de guerre soviétiques", sans aucune mention des victimes juives.

En 1991, un mois après la chute de l'URSS, la communauté juive a érigé non loin du site une sculpture en forme de menorah, le chandelier juif à sept branches.

Commentaires

(2)

Leur incapacité à nommer les faits montrent leur incapacité à devenir des "Hommes responsables" au sens noble de ce terme. Cela signifie aussi qu'on ne peut avoir confiance en leurs paroles. S'ils veulent obtenir la confiance, il est nécessaire qu'ils changent d'attitude.

incapacité certes, antisémites plus vraisemblablement.

8Article précédentAttaque de Levallois: l'hospitalisation du suspect se poursuit à Paris (source judiciaire)
8Article suivantMerkel et "l'étrange" campagne électorale allemande