Quantcast i24NEWS - Pologne: les Juifs appellent un chef d'extrême-droite à dénoncer l'antisémitisme

Pologne: les Juifs appellent un chef d'extrême-droite à dénoncer l'antisémitisme

Jaroslaw Kaczynski, leader of Poland's ruling right-wing Law and Justice (PiS) party, has spoken out trenchantly several times at Germany's expense
JANEK SKARZYNSKI (AFP)
Les dirigeants communautaires disent être inquiets pour l'avenir des Juifs dans le pays

Les dirigeants de la communauté juive de Pologne ont écrit au politicien le plus puissant du pays, Jarosław Kaczyński, l'exhortant à dénoncer ce qu'ils l'antisémitisme croissant qui les laissent craindre pour leur avenir dans le pays, rapporte samedi l'agence Associated Press.

L'envoi de courrier intervient près de deux ans après l'élection du parti Droit et justice, un parti profondément conservateur, nationaliste et anti-migrant, soutenu par plusieurs groupes véhiculant des opinions antisémites.

Les observateurs, parmi lesquels le commissaire aux droits de l'homme du pays, ont noté une hausse de l'antisémitisme et des discours haineux, ainsi qu'une recrudescence des attaques contre des personnes à la peau sombre depuis l'arrivée du parti au pouvoir.

"Nous sommes consternés par les récents événements et inquiets pour notre sécurité, la situation dans notre pays devient de plus en plus dangereuse", ont expliqué dans la lettre Leslaw Piszewski, chef de la communauté juive en Pologne, et Anna Chipczynska, responsable de la communauté de Varsovie.

Chipczynska a affirmé à l'agence Associated Press jeudi que la communauté avait parvenir la lettre la semaine dernière à Jaroslaw Kaczynski, le leader du parti au pouvoir, mais qu'il n'avait pas encore répondu.

La lettre souligne qu'il y a eu une "augmentation des attitudes antisémites au cours des derniers mois, ainsi qu'un discours de haine agressif et des comportements violents dirigés vers (notre) communauté", et appelle Kaczynski à condamner clairement l'antisémitisme.

Dans la lettre, les dirigeants communautaires mentionnent la présence de plus en plus visible, même lors d'événements d'état, de membres d'un groupe extrémiste de droite, le Camp radical-national, et rappelle l'attaque de la semaine dernière contre des supporters d'une équipe de football israélienne, venue jouer un match en Pologne.

Les dirigeants reprennent aussi les propos récents d'un député du parti Droit et justice, Bogdan Rzonca, qui a déclaré sur Twitter plus tôt ce mois-ci se demander "pourquoi il y a tant de Juifs chez les pro-avortement malgré l'Holocauste".

Un autre incident récent a suscité l'inquiétude de la communauté : sur la chaîne de télévision publique TVP, la journaliste Magdalena Ogorek, a souligné l'ascendance juive d'un sénateur, Marek Borowski, en critiquant sa politique. L'incident avait suscité une vague d'indignation, et le responsable de la chaîne avait demandé une explication d'Ogorek.

Pour certains observateurs polonais, le climat actuel évoque celui qui régnait dans le pays en 1968, quand le régime communiste avait mené une campagne antisémite contre les Juifs, conduisant des milliers d’entre eux à être expulsés du pays.

"Nous avons peur pour notre sécurité et pour notre avenir en Pologne", ont ajouté les dirigeants juifs dans la lettre adressée à Kaczynski. "Nous ne voulons pas revenir à l'année 1968".

La communauté juive de Pologne était la plus grande d'Europe avant la Shoah, avec quelque 3,3 millions âmes. Si elle est bien plus petite aujourd'hui, elle a pu se développer grâce à une certaine tolérance qui s'est installée avec l'effondrement du communisme en 1989.

Commentaires

(1)

Les polonais tètent l'antisémitisme aux seins de leurs mères. Irrécupérables ...

8Article précédentMerkel et "l'étrange" campagne électorale allemande
8Article suivantEmmanuel et Brigitte Macron en vacances à Marseille, selon le JDD