Quantcast i24NEWS - "Je veux la réussite de Macron pour mon pays" (Manuel Valls à i24NEWS)

"Je veux la réussite de Macron pour mon pays" (Manuel Valls à i24NEWS)

L'Ex-Premier ministre français Manuel Valls dans le Grand Live le 12.09.2017
i24NEWS
"J'ai du recul, cela me permet dans cette majorité de soutenir sans ambiguïté l'action du gouvernement"

L'ancien Premier ministre français Manuel Valls, actuellement en Israël, était mardi soir invité sur le plateau d'i24NEWS où il s'est exprimé sur le terrorisme, les questions régionales et la politique française, en particulier les manifestations en cours contre la réforme du code du travail.  

Au lendemain de la conférence antiterroriste à laquelle il a participé à Herzliya, Manuel Valls a insisté à nouveau sur les nouveaux défis posés par l'émergence de cette nouvelle menace qui "a changé profondément notre société".

"En Occident et en Europe, nous vivons dans des sociétés insouciantes qui n'ont pas envie de vivre la guerre", a-t-il déclaré, avant de faire référence au débat entre liberté et sécurité, toujours polémique dans l'hexagone, depuis la mise en place de l'état d'urgence.

"Il est sain qu'il y ait des débats sur la sécurité et sur la préservation de la liberté. Je ne comprends pas parfois ces blocages. L'état urgence n'a entravé en rien la liberté des Français (…) La liberté d'expression est absolue et totale", a-t-il fait remarquer, tout en insistant sur l'importance du débat dans une société démocratique.


"Je me suis réjoui des propos d'Emmanuel Macron... by i24news-fr

En outre, pour l'ancien Premier ministre, la menace qui touche l'Europe est la même que celle qui touche l'Etat hébreu, à la différence près qu'"Israël est un pays en guerre entouré de pays hostiles qui parfois nient son existence".

"Dans un pays qui est une démocratie, il s'agit d'un terrorisme identique. Avec Israël, nous partageons les mêmes valeurs et les mêmes intérêts stratégiques (…) Face au terrorisme, il faut être intransigeant", a-t-il insisté.

Manuel Valls a également réitéré ses propos condamnant l'antisémitisme : "il faut être très clair, je me suis réjoui des déclarations d'Emmanuel Macron lorsqu'il a dit que l'antisionisme, c'est une nouvelle forme d'antisémitisme", en référence au discours du chef de l'Etat lors de la commémoration de la Rafle du Vel d'Hiv en présence de Benyamin Netanyahou.

Au sujet de la famille juive qui a été agressée jeudi dernier en banlieue parisienne, il a indiqué avoir "eu au téléphone la victime car je la connais", il a été visé "parce que juif", a-t-il dit avant de dénoncer que l'"antisémitisme a fait des ravages dans nos sociétés", en particulier chez "les jeunes dans nos quartiers".

"Ce renouvellement, les Français l'ont voulu"

Interrogé sur les manifestations contre la réforme du code du travail, qui ont rassemblé mardi 223.000 personnes dans toute la France selon le ministère de l'Intérieur, Manuel Valls s'est refuser à dire que le pays n'était pas réformable.

"La preuve Emmanuel Macron réforme", a déclaré le député de l'Essone, en insistant sur l'importance des discussions entre gouvernement et partenaires sociaux. "Il faut de la pédagogie et de la méthode'", a-t-il indiqué, saluant les efforts du gouvernement actuel dans ce sens. Toute société est difficile à réformer", a-t-il toutefois ajouté.

M. Valls a démissionné fin 2016 de son poste de Premier ministre pour se présenter à la primaire citoyenne de 2017, qu'il a perdu au second tour face à Benoît Hamon. Il avait ensuite choisi de soutenir Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle française de 2017.

N'ayant pas encore réussi à rejoindre La République en marche (LREM) après s'être fait éconduire lors des investitures pour les élections législatives et avoir vu sa liste pour les sénatoriales dans l'Essonne refusée par le parti présidentiel, il continue pourtant à soutenir la majorité présidentielle.

"Ce renouvellement, les Français l'ont voulu. Maintenant que j'ai du recul, cela me permet dans cette majorité de soutenir sans ambiguïté l'action du gouvernement (…) Je n'ai pas envie d'être celui qui blesse ou fait trébucher et je veux la réussite du président de la République et du gouvernement pour mon pays", a-t-il confié sur i24NEWS, ajoutant "c'est important que nous réussissions".

Revoir l'intégralité de l'interview: 


Le Grand Live | Avec Jean-Charles Banoun et... by i24news-fr

Commentaires

(0)
8Article précédentFrance: "Mélenchon joue un jeu très dangereux" (D.Jeambar)
8Article suivantS.Halimi: l'avocat de la famille dénonce les incohérences du rapport de l'expert