Quantcast i24NEWS - L'UE propose d'accueillir 50.000 réfugiés d'Afrique et du Moyen-Orient en 2 ans

L'UE propose d'accueillir 50.000 réfugiés d'Afrique et du Moyen-Orient en 2 ans

Un jeune nigérian du camp de réfugiés de Dar es Salaam attend devant une tente du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), le 7 avril 2015, dans la région du lac Tchad
PHILIPPE DESMAZES (AFP)
"La Libye, l'Egypte, le Niger, le Soudan, le Tchad et l'Ethiopie" sont les principaux pays concernés

La Commission européenne a fixé mercredi l'objectif d'accueillir "au moins 50.000" réfugiés en deux ans dans l'UE directement depuis des pays d'Afrique, du Moyen-Orient et de Turquie, afin d'offrir une alternative "sûre et légale" à la périlleuse traversée de la Méditerranée.

L'exécutif européen "recommande un nouveau programme de réinstallation pour conduire en Europe au moins 50.000 des personnes les plus vulnérables ayant besoin d'une protection internationale dans les deux prochaines années", a indiqué la Commission dans un communiqué.

Un budget de 500 millions d'euros a été "mis de côté" pour soutenir les Etats membres qui accepteront d'accueillir des réfugiés, à raison d'une aide de 10.000 euros par personne.

MAHMUD TURKIA (AFP)

"Une attention accrue devrait être portée sur la réinstallation" de personnes depuis "la Libye, l'Egypte, le Niger, le Soudan, le Tchad et l'Ethiopie", a insisté la Commission, tout en encourageant les pays européens à poursuivre les réinstallations depuis la Turquie et le Moyen-Orient.

Ce nouveau cap a été fixé par Bruxelles le jour même de l'échéance du programme de "relocalisation" de demandeurs d'asile depuis l'Italie et la Grèce.

Ce programme a permis de répartir quelque 29.000 personnes en deux ans dans l'UE depuis les deux pays méditerranéens, sur un objectif initial de 160.000.

Mais contrairement à ces quotas de "relocalisations", qui avaient été décidés par les pays de l'UE par un vote majoritaire au prix de vives controverses, les "réinstallations" depuis des pays tiers évoquées mercredi par la Commission relèvent du choix discrétionnaire des Etats membres.

Bruxelles ne peut donc que les exhorter à offrir des places d'accueil.

Lors des deux années écoulées, les pays européens ont procédé à la "réinstallation" de 23.000 réfugiés, pour la plupart depuis la Turquie et le Moyen-Orient, dans le cadre de programmes qui arrivent également à échéance.

Commentaires

(4)

Nous avons affaires à des fous à Bruxelles. Ils faut les envoyer en Arabie saoudite aux émirats ou au Quatar. Car apres tout c est leurs frères

Bienvenue à nos frères réfugiés en Europe ! Certains vont bien dans leurs pays pour passer leur retraite! Droit de libre échange.

La présence de toutes ces populations en surnombre va nous conduire à un conflit , des meurtres , des viols ,une conversion forcée ou l'exil s'offrira à nous et nos enfants Les travailleurs ne supporteront pas le système des aides qui est alimenté uniquement par ceux qui se lèvent le matin et qui n'ont droit à rien en retour Ces fanatiques de Bruxelles et d'ailleurs vont nous faire disparaître Seules les armes nous protègerons

Personne ne se pose la question suivante pourquoi ne vont-ils pas dans ces magnifiques pays riches du Moyen-Orient ,qui sont si riches et dépeuplés qui peuvent accueillir toutes ces populations de culture musulmane.ils préfèrent nous envahir et nous mener à la ruine et à la guerre

8Article précédent"Sugardating": la campagne publicitaire controversée interdite à Bruxelles
8Article suivantAutriche: un cadre d'extrême droite sanctionné pour des reliques nazies