Quantcast i24NEWS - "On a perdu une bataille face à l'islamo-gauchisme" (Jeannette Bougrab à i24NEWS)

"On a perdu une bataille face à l'islamo-gauchisme" (Jeannette Bougrab à i24NEWS)

Jeannette Bougrab
i24NEWS
"Je ne pensais pas qu'en France on pouvait encore tuer des gens parce qu'ils étaient de confession israélite"

"On a perdu une bataille face à l'islamo-gauchisme", a martelé l'ancienne ministre et présidente de la HALDE (Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité), Jeannette Bougrab sur i24NEWS.

L'auteure et compagne de Stéphane Charbonnier, dit Charb, directeur de la publication de Charlie Hebdo assassiné le 7 janvier 2015 dans les locaux du journal, a quitté la France en juin 2015 quelques mois après les tueries, se trouvant plongée en pleine polémiques avec la famille du caricaturiste qui contestait leur relation.

Aujourd'hui directrice de l'Institut français de Finlande, elle revient avec un "cri de colère", donné dans un ouvrage "Lettre d'exil, la barbarie et nous" (éditions du Cerf), pour dénoncer l'indifférence générale en France au regard de "la montée de l'islamisme".

"On a perdu une bataille face à l'islamo-gauchisme"

Cet ouvrage se veut, selon elle, "un cri de colère", mais surtout une manière de "dénoncer une forme d'indifférence face à la montée de l'islamisme et du radicalisme, et le fait d'accepter de faire des compromis avec ce qui est la négation de toutes les valeurs universelles qui sont les nôtres à savoir l'égalité, la liberté, la fraternité", déclare Jeannette Bougrab.

"Je n'arrive pas à comprendre comment nous avons abdiqué", ajoute-t-elle.

"On a perdu une bataille face à l'islamo-gauchisme, les pseudo-intellectuels, les universitaires", affirme l'auteure, qui dit avoir nourri le désir de quitter la France avant même les attentats de janvier 2015.

Elle affirme que son réel "sursaut" est venu au moment où Kamel Daoud, auteur algérien au "courage infini" selon elle, a publié sa tribune dans Le Monde au lendemain des agressions sexuelles du Nouvel An 2016 à Cologne en Allemagne, présentant l'islamisme comme la cause principale d'un "rapport malade à la femme, au corps et au désir" dans le monde arabe.

Cette tribune avait suscité une réaction virulente chez certains anthropologues, sociologues, journalistes et historiens qui l'avaient accusé en retour de recycler "les clichés orientalistes les plus éculés".

Elle pointe du doigt en outre les journaux qui incarnent cette élite intellectuelle française, soutenant qu'"il existe un délit de penser en France", elle-même s'étant "retrouvée devant la 17e Chambre pour avoir tenu des propos au lendemain des attentats de janvier 2015".

"Une indifférence criminelle"

L'ancienne ministre a par ailleurs dénoncé le manque de mobilisations suite aux attentats de l'Hyper Casher en 2015 et aux attentats de Toulouse de 2012.

"On parle de Charlie Hebdo, mais on a tendance à oublier l'Hyper Casher, de même pour les attentats de (Mohamed) Merah qui s'est attaqué à des enfants parce qu'ils étaient juifs, dans une école", déclare Jeannette Bougrab.

"Je ne pensais pas qu'en France on pouvait encore tuer des gens parce qu'ils étaient de confession israélite, et surtout des enfants, c'était pas rien", soutient celle qui a été présidente de la HALDE.

"Et ça n'a pas suscité, à l'exception de Charlie, de véritables mobilisations", déplore-t-elle, avant d'ajouter "c'est une indifférence qui est criminelle".

"Comment cela est-il possible aujourd'hui, au 21e siècle, lorsqu'on est surinformés?", questionne-t-elle.

Revoir l'intégralité de l'interview de Jeannette Bougrab dans Conversations sur i24NEWS:


Conversations | Avec Anna Cabana | Partie 1... by i24news-fr

Commentaires

(1)

islamo-gauchisme = fascisme = melenchonisme = ...la liste est longue.

8Article précédentMerkel : "Large consensus" avec Macron sur l'UE
8Article suivantPhilippe/Mélenchon: un face à face policé, sans coup d'éclat entre "républicains"