Quantcast i24NEWS - Catalogne: la police tirs sur des manifestants à Barcelone, 38 blessés

Catalogne: la police tirs sur des manifestants à Barcelone, 38 blessés

The drama unfolded after a night of tension in which thousands of people, both nervous and excited, had gathered outside polling stations before dawn to vote
LLUIS GENE (AFP)
La police a multiplié les intervention pour empêcher la tenue du référendum d'autodétermination

Les services d'urgence de Catalogne ont annoncé dimanche avoir soigné 38 personnes blessées dans des interventions de la police pour empêcher la tenue d'un référendum d'autodétermination interdit.

"Sur le total des blessés, 35 l'ont été légèrement, trois plus gravement. Neuf d'entre eux ont dû être transportés vers un centre médical. Il s'agit essentiellement de contusions, de vertiges et d'attaques de panique", ont précisé les services dans deux tweets successifs.

La charge s'est produite alors que des manifestants assis barraient le passage aux policiers qui quittaient le bureau de vote. Un manifestant, David Pujol, 37 ans, a montré une blessure à la jambe reçue dans cet affrontement.

La police a multiplié les interventions dimanche matin pour empêcher la tenue du référendum d'autodétermination face à des milliers de Catalans déterminés à voter.

LLUIS GENE (AFP)

De Gérone à Barcelone ou Figueras, des milliers de Catalans se sont massés devant les bureaux de vote pour participer au scrutin, interdit par la justice mais que l'exécutif catalan a assuré pouvoir organiser, lançant un défi sans précédent à l'Etat espagnol.

La police nationale a commencé à saisir des urnes et des bulletins de vote à travers la région, a annoncé le ministère de l'Intérieur dès l'ouverture prévue des bureaux de vote, à 09H00 (7H00 GMT).

"Voici les premières urnes et bulletins saisis par la police à Barcelone. Les agents continuent leur déploiement en Catalogne", a affirmé le ministère, photo à l'appui, dans un tweet.


A Gérone, face à une foule très tendue, des policiers anti-émeutes sont entrés de force dans le bureau où devait se rendre le président indépendantiste de Catalogne, Carles Puigdemont.

Celui-ci a contourné la mesure en allant voter dans un autre bureau de vote proche de Gérone, selon le gouvernement catalan.

"Nous pouvons tenir un référendum d'autodétermination assorti de garanties comme nous nous y étions engagés", a déclaré pour sa part le porte-parole du gouvernement régional Jordi Turull.

Il a affirmé que l'exécutif catalan disposait d'un "recensement universel" qui permettrait aux électeurs de voter dans n'importe quel bureau de la région.


Mais dans un bureau de vote de Figueras, une journaliste a constaté un blocage du système informatique.

"En Catalogne nous pensons qu'il est essentiel de décider si nous voulons continuer à rester dans l'Etat espagnol", assurait à Barcelone Pau Valls, un étudiant en philosophie de 18 ans.

Les habitants de la région, où l'indépendantisme gagne du terrain depuis le début des années 2010, sont divisés presque à parts égales sur l'indépendance.

Mais les Catalans souhaitent majoritairement, à plus de 70%, un référendum d'autodétermination légal.

Depuis le 6 septembre, date de la convocation du référendum par le pouvoir régional, ni les poursuites judiciaires ni les arrestations ou perquisitions n'ont dissuadé les indépendantistes de cette région où vivent 16% des habitants du pays d'organiser le scrutin interdit.

Commentaires

(2)

La police « tirs » au lieu de « tire »... là on touche le fond... Je me tire.

Mdr ....

8Article précédentL'Allemagne célèbre ses premiers mariages homosexuels
8Article suivantLes forces de sécurité "ont fait leur devoir" en Catalogne (Rajoy)