Quantcast i24NEWS - Macron à ses détracteurs: "je ne suis pas arrogant, je suis déterminé"

Macron à ses détracteurs: "je ne suis pas arrogant, je suis déterminé"

Le président français Emmanuel Macron à la une du quotidien allemand Der Spiegel le 14 octobre 2017
"Mon prédécesseur a taxé les riches à un taux jamais égalé. Et qu'est ce qu'il s'est passé? Ils sont partis"

Le président français Emmanuel Macron dément être "arrogant" en réponse à ses détracteurs qui ont sévèrement critiqué son début de quinquennat marqué, selon eux, par une prise de distance avec la presse, d'après un article publié par un hebdomadaire allemand samedi.

"Je ne suis pas arrogant", dit le chef d'Etat, lors d'une interview accordée à Der Spiegel.

"Je mets fin au copinage entre les politiques et les médias", nuance-t-il.

Le président français a en outre été sous le feu des critiques de l'opposition ces derniers jours pour avoir fustigé, la semaine dernière lors d'un aparté en Corrèze, "ceux qui foutent le bordel".

"Certains voudraient juste me coller une étiquette comme des entomologistes le feraient avec un papillon séché et puis dire: 'regardez, c'est le banquier qui n'aime pas les gens'", note-t-il dans les colonnes du Spiegel. "Si c'était le cas, je ne serais pas là. Je ne suis pas arrogant à l'égard des Français, je suis déterminé", poursuit-il.

Optant pour une baisse de l'aide publique au logement (APL), la réduction des emplois aidés, ainsi que la suppression de l'impôt sur la fortune (ISF), Macron se heurte également à une mobilisation forte contre ses réformes, accusé de favoriser les riches.

"Distribuer de l'argent public, c'est ce que certains attendent, notamment l'extrême gauche", estime le président.

"Ils pensent que vous aidez les gens en leur donnant de l'argent", explique-t-il. "Mais c'est une erreur parce que ce n'est pas moi qui distribue l'argent, mais les futures générations. Donc, c'est mon devoir de dire: quelque chose doit changer".

Concernant la suppression de l'ISF, Emmanuel Macron précise que "contrairement à ce que certains prétendent, je ne fais pas cela pour aider les riches".

"Mon prédécesseur a taxé les riches à un taux jamais égalé. Et qu'est ce qu'il s'est passé? Ils sont partis. Est-ce que le chômage a baissé? Non".

Commentaires

(1)

Macron se prend pour Napoléon... mais il va se brûler et la France avec.

8Article précédentGB: l'Iran soupçonné d'être derrière la cyberattaque qui a visé le Parlement
8Article suivantRévélations sur les sympathies collaborationnistes de Michel Audiard