Quantcast i24NEWS - Autriche: les conservateurs de Kurz remportent les législatives (projections)

Autriche: les conservateurs de Kurz remportent les législatives (projections)

Sebastian Kurz, ministre autrichien des Affaires étrangères à Vienne, le 13 octobre 2017
JOE KLAMAR (AFP)
Kurz, 31 ans, le plus jeune dirigeant d'Europe risque d'ouvrir la voie à un retour de l'extrême droite

Le conservateur Sebastian Kurz a remporté dimanche les élections législatives en Autriche et est bien placé pour devenir à 31 ans le plus jeune dirigeant d'Europe, selon les projections de la télévision publique.

Les conservateurs de l'ÖVP obtiendraient 30,2% des voix. L'extrême droite FPÖ de est créditée de 26,8% des voix, égalant son meilleur score de 1999, au coude à coude avec le parti social-démocrate SPÖ du chancelier Christian Kern, qui obtiendrait 26,3% des suffrages. Trois autres formations -les Verts, le parti libéral Neos, et la liste de l'écologiste dissident Peter Pilz- sont susceptibles d'entrer au Parlement selon ces projections qui tiennent compte du vote par correspondance.

Sebastian Kurz, 31 ans, risque par ailleurs d'ouvrir la voie à un retour de l'extrême droite, dont il a embrassé plusieurs thèmes, au gouvernement.

En Autriche, l'extrême droite eurosceptique est ancrée sur la scène politique depuis plusieurs décennies et elle espérait même, il y a encore quelques mois, faire élire son chef, Heinz-Christian Strache, au poste de chancelier.

Mais la donne a changé lorsque Sebastian Kurz, actuel ministre des Affaires étrangères, a pris le contrôle, en mai, d'un parti chrétien-démocrate (ÖVP) à bout de souffle et a mis fin à dix années de grande coalition avec les sociaux-démocrates.

Avec une image de modernité, un discours très ferme sur l'immigration, des promesses d'allègements fiscaux, le "Wunderwuzzi" (enfant prodige) de la politique autrichienne a su ranimer la flamme de l'électorat conservateur et en rajeunir la base.

L'Autriche, un pays prospère de 8,7 millions d'habitants, est l'un de ceux en Europe à avoir accueilli en deux ans le plus de migrants au regard de sa population (1,5%), alimentant les débats sur le coût des prestations et sur la capacité d'intégration des nouveaux venus.

Une alliance entre M. Kurz et le FPÖ de Heinz-Christian Strache pourrait infléchir la ligne jusqu'à présent très europhile du pays, le FPÖ prônant notamment un rapprochement avec le groupe de Visegrad, comprenant des pays comme la Pologne et la Hongrie qui multiplient les bras de fer avec Bruxelles.

Commentaires

(0)
8Article précédentAllemagne: un ministre fait des vagues en évoquant un jour férié musulman
8Article suivantLe Congrès juif mondial inquiet des résultats des élections autrichiennes